L’Iran va envoyé de l’aide humanitaire à Gaza

D’après Larédac’ à 15h05 le 23 Août 2014

L’Iran va livrer de l’aide humanitaire à Gaza après que l’Égypte a accepté de laisser passer le convoi dans le territoire palestinien, a annoncé vendredi une source diplomatique iranienne. Le gouvernement égyptien a accepté de transférer l’aide humanitaire à destination de Gaza, a indiqué l’agence officielle Irna, citant une source au sein du ministère iranien des Affaires étrangères. Un premier chargement du Croissant-Rouge iranien, contenant 100 tonnes de médicaments et de nourriture, va s’envoler « bientôt » pour Le Caire, a précisé cette source.

Téhéran avait affirmé fin juillet avoir envoyé un premier convoi d’aide au Caire en attendant l’autorisation d’acheminer ce chargement par le passage de Rafah. L’enclave palestinienne surpeuplée a été dévastée par l’opération militaire israélienne lancée le 8 juillet pour faire cesser les tirs de roquettes sur son territoire. La patronne des opérations humanitaires des Nations unies, Valerie Amos, a estimé la semaine dernière qu’il faudrait « des mois » pour reconstruire les infrastructures du territoire dévastées par l’opération israélienne.

Plus de 2 091 Palestiniens ont été tués depuis le 8 juillet et le début de l’opération israélienne Bordure protectrice contre le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza. 

Côté israélien, 64 soldats ont été tués ainsi que cinq civils dans les tirs de roquettes dont le premier enfant israélien hier vendredi. Les hostilités ont repris mardi soir après un cessez-le-feu de neuf jours. 

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’israël, défend les groupes islamistes palestiniens en leur apportant une aide financière et militaire. Plusieurs responsables iraniens ont affirmé récemment que l’Iran avait fourni la technologie nécessaire à la fabrication de missiles aux combattants palestiniens du Hamas, au pouvoir à Gaza, et du Jihad islamique. L’Iran a dénoncé l’inaction de l’ONU face à « l’agression sauvage de l’armée » israélienne. En soutien aux Gazaouis, la municipalité de Téhéran a également renommé « boulevard de Gaza » une rue longeant le bâtiment abritant des agences des Nations unies.

Le projet américano-israelien Nabucco


De l’autre côté, le Ministre du pétrole de l’Iran Ali adjoint Mejidi a indiqué que le projet Nabucco, qui a été mis en attente l’année dernière, est maintenant de retour sur la table…

Alors que la crise Ukrainienne mais à mal les relations entre la Russie et l’Europe… Se pose la question de l’approvisionnement en gaz naturel…

Comme l’EU veut sanctionner la Russie, la Russie peut à son tour sanctionner les pays européens les plus dépendants de son approvisionnement…

D’où le fait de trouver une alternative, et l’Iran semble susceptible de répondre à la demande européenne.

C’est pour cela que le ministre adjoint du pétrole en Iran, Ali Mejidi, a indiqué que le projet Nabucco, qui a été présenté comme une alternative au gaz russe avec la possibilité de remplir une grande partie de la nécessité pour l’Europe avant d’être mis en attente l’année dernière, est maintenant de retour sur la bonne voie.

S’adressant à la presse russe, Mejidi a confirmé que deux délégations distinctes ont été envoyés en Europe. « Avec Nabucco, l’Iran peut fournir l’Europe en gaz. Nous sommes la meilleure alternative à la Russie« , a-t-il dit.

Mejidi a également déclaré que si un certain nombre de routes pour acheminer le gaz vers l’Europe sont à l’étude, celle de la Turquie est la « bonne. »

Le projet Nabucco, qui a été présenté pour la première fois en 2002, prévoit d’acheminer le gaz vers l’Europe via la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l’Autriche. Le projet permettra également de pomper 31 milliards de mètres cubes de gaz naturel azerbaïdjanais et irakien en Europe.

Source : Avec Afp, Reuters, Agence Irna, Al Watan (Egypte), worldbulletin.netL‘Orient le Jour