L’ONU aurait acheminé de l’aide aux résidents de Yarmouk

Le Fonds pour l'enfance des Nations Unies aurait participé à deux missions cette semaine pour fournir une assistance humanitaire aux familles récemment déplacées du camp de Yarmouk, a déclaré le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU.

L'état dit « islamique » (EI) a saisi le mois dernier d'importantes parties du camp de Yarmouk dévasté se situant sur la banlieue sud de Damas. Les combats sont aussi déroulés à l'intérieur du camp contre d'autres groupes armés, mettant ainsi 18.000 résidents palestiniens et syriens face à un risque accru.

L'UNICEF a déclaré mardi qu'il était en mesure de livrer trois camions avec des kits pour nouveau-né (couches, aliments … ) et des vêtements pour les enfants.

Lire aussi : 400 familles évacuées du camp de Yarmouk en Syrie

Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, a déclaré dans un communiqué de presse que la première mission de l'UNICEF a fourni des trousses de médicaments afin de traiter 3000 cas de diarrhée, des trousses obstétriques, ainsi que des boîtes de biscuits énergétiques.

« Selon le personnel de l'UNICEF, on estime que quelque 50.000 personnes vivent dans les trois endroits qui ont été visités, en plus d'environ 2500 réfugiés palestiniens qui ont fui Yarmouk« , a dit Mr Dujarric.

Yarmouk déplacés en Syrie

C'est pas encore assez…

Juliette Touma, le spécialiste de la communication de l'UNICEF, a déclaré à Al Jazeera que la mission est venu en appui direct à l'UNRWA, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, pour aider leurs efforts pour atteindre les familles déplacées.

« Nous ne sommes pas en mesure d'atteindre ces secteurs depuis plus de deux ans. Voilà pourquoi il est une percée significative et nous espérons que nous aurons plus d'aide a fournir à ses camps que nous ne sommes pas en mesure d'atteindre. »

A lire : L’ONU émet de vives inquiétudes sur la situation dans le camp de Yarmouk

« Nous avons besoin de plus de missions comme celle-ci.« 

Juliette Touma a ajouté que ses collègues de l'UNICEF qui se trouvaient dans le convoi ont décrit une situation humanitaire : « comme totalement désastreuse« .

« Les sources d'eau sont contaminées et nécessitent un traitement avant toute distribution. Seulement 20% des puits fonctionnent, tandis que l'électricité est uniquement disponible pendant une heure / jour. Il n'y a qu'un seul médecin dans la région par rapport à 500 que l'on comptait avant la crise.« 

« Les prix des produits de base sont quatre à cinq fois plus élevé qu'auparavant… » a t-elle ajouté.

Les travailleurs humanitaires disent que omniprésence de la violence et le manque de coopération des parties dans la crise a gravement et entravé l'accès de l'aide aux personnes nécessiteuses intérieur de la Syrie, où le conflit a tué plus de 220.000 personnes et déplacé des millions depuis 2011.

Source : avec Reuters, Al Jazeera, Onu…..