Manifestation des Falachas, à Tel-aviv contre la discrimination

Des centaines d'israéliens d'origine éthiopienne ont manifesté dimanche dans le centre de Tel-Aviv contre les violences policières et la discrimination institutionnalisée.

Falachas, manifeste a tel avivCette manifestation a été organisée trois jours après un rassemblement similaire à Jérusalem. La large diffusion dans la presse israélienne d'une vidéo montrant deux policiers en train de frapper un soldat d'origine éthiopienne en uniforme militaire a suscité la colère de cette communauté.

Le rassemblement de Jérusalem avait dégénéré en affrontements entre manifestants et force de l'ordre, au cours desquels 3 policiers et 10 manifestants avaient été blessés.

Dimanche, des centaines d'autres israéliens étaient venus soutenir les manifestants, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « un policier violent devrait être en prison » ou « nous demandons l'égalité des droits« .

A lire : Des affrontements entre police et « israéliens » d’origine éthiopienne

Manifestatation d'Israéliens originaires d'Ethiopie face à la police le 3 mai 2015 à Tel Aviv

Certains des manifestants ont défilé les mains levées, poignets croisés, simulant des menottes.

« Je suis noir, alors je dois manifester aujourd'hui« , a expliqué à l'AFP, Eddie Maconen, 34 ans. « Je n'ai jamais personnellement connu la violence policière, mais elle frappe ma communauté« .

Les manifestants veulent que les policiers violents soient jugés, explique M. Maconen, arrivé d'Ethiopie à 3 ans.

« Ensuite, nous nous occuperons de toutes les autres institutions qui entubent les Éthiopiens« , ajoute-t-il.

Avant le rassemblement, Bibi avait publié un communiqué dans lequel il affirmait qu'il rencontrerait aujourd'hui lundi, Damas Pakada, le soldat d'origine éthiopienne battu dans la vidéo, ainsi que d'autres représentants de la communauté éthiopienne.

Plus de 120.000 juifs d'origine éthiopienne vivent sur le territoire sioniste.

Source : avec Afp, Reuters, Haaretz, Jerusalem Post..