La ville d’Ottawa accueille la journée du Hijab

Ce jeudi, 25 Février 2016, se tiendra dans la ville d’Ottawa, au Canada, un événement public célébrant le Hijab. Selon le site Web de CAWI, le but de cet événement est d’encourager les femmes non-musulmanes à porter un hijab pour toute la journée ou au moins une partie de la journée en solidarité avec les femmes musulmanes.

Ce genre d’initiative se fait depuis maintenant plusieurs années et rencontre un certain succès.

Selon CAWI, l’événement est une collaboration unique des femmes de diverses communautés, ainsi que des organisations et des universités qui travaillent avec les décideurs municipaux pour créer une ville plus inclusive et de promouvoir l’égalité des sexes.

L’organisation City for All Women Initiative (CAWI), soutenue par le Conseil municipal d’Ottawa, accueille donc la journée mondiale du Hijab, aussi appelé « Marcher avec nos soeurs musulmanes, » à la mairie de la capitale canadienne. Selon CAWI, l’objectif principal de cet événement est d’encourager les femmes non-musulmanes à porter un Hijab pour comprendre la vie en tant que femme musulmane. (Affiche officielle de l’événement)

Que cet événement se fasse sous les auspices de la Ville d’Ottawa, capitale du Canada, ne plaît pas à tout le monde. 

Certains se demandent pourquoi et comment un gouvernement a pu collaborer à la mise en place de cette journée, « l’indignation est que la journée de solidarité du Hijab aura lieu sous les auspices de la Ville d’Ottawa, la capitale du Canada. Ce n’est pas le rôle d’un gouvernement démocratique de célébrer les symboles religieux ou d’aider les religions faisant du prosélytisme » peut-on retrouver dans un article.

Le Hijab est un code vestimentaire dans l’Islam, que les femmes musulmanes portent pour la plupart modestement.

Cependant, il est devenu le cheval de bataille dans de nombreux pays occidentaux criant haut et fort que toutes ces femmes le portent par soumission à l’homme ou alors qu’il est le signe d’une radicalisation religieuse. Ces journées peuvent peut-être aider à rappeler qu’avant toute chose, ces femmes subissent de plein fouet les pensées et réflexions des autres sur le comment doit-on s’habiller correctement. Elles ne sont que victimes de l’intolérance, celle-là même que ces défenseurs de la femme opprimée disent combattre. 

Sources : CJNews, MuslimTimes, CAWI