Mort d’Arafat : Les Palestiniens accusent l’administration zioniste

La commission d'enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat a identifié l'auteur de l' »assassinat » de l'ancien président palestinien, a affirmé mardi à l'AFP son chef Tawfiq Tirawi, accusant une nouvelle fois l'administration zioniste d'être « responsable » / commanditaire du décès du défunt leader.

Cette déclaration intervient à la veille des commémorations du 11e anniversaire de la mort de l'icône palestinienne et alors que les juges d'instruction français en charge de l'enquête pour « assassinat » ouverte par sa veuve ont récemment prononcé un non-lieu. Souha Arafat a fait appel.

A lire : Mais qui a tué Yasser Arafat ? : Mort naturelle ou assassinat ?

« La commission d'enquête est parvenue à identifier l'auteur de l'assassinat du défunt président Yasser Arafat« , a affirmé M. Tirawi, en refusant de divulguer plus d'informations sur le suspect ou les développements de l'enquête.

« Il faudra encore un peu de temps pour élucider les conditions exactes de cet assassinat« , a-t-il ajouté, précisant toutefois qu' »israël est responsable de cet assassinat » sur lequel les Palestiniens enquêtent depuis 2009.

Date Evénement !

Courant octobre 2004, le vieux rais est subitement victime de violents maux de ventre et de vomissements. Yasser Arafat est au plus mal en quelques jours et est rapidement transporté vers la France à l’hôpital militaire de Percy-Clamart où il décède le 11 novembre.

Les soupçons d’empoisonnement naissent immédiatement. Le corps d’Arafat est rapatrié à Ramallah où un mausolée à sa gloire est progressivement érigé dans les années qui suivent. Sa veuve Soha Arafat disparaît et les rumeurs concernant le pactole de son mari défunt resurgissent.

Article de Jean-Yves Nau pour Slate.fr : « Ce que révèle le compte-rendu d'hospitalisation de Yasser Arafat » -avec scan du rapport-

Si l’origine de la mort restait alors entière, les rumeurs les plus folles se font jour : homosexualité? sida contracté? maladie de Parkinson? cirrhose du foie et graves lésions hépatiques, empoisonnement par des proches collaborateurs et/ou l'administration zioniste, contamination au pollonium.

Zahwa, la fille, et Souha, la veuve de Yasser Arafat. AFP- M.Mirabelli
Zahwa, la fille, et Souha, la veuve de Yasser Arafat. - photo de M.Mirabelli/AFP

Mme Arafat avait déposé plainte contre X à la suite de la découverte de polonium 210, une substance radioactive hautement toxique, sur des effets personnels de son mari.

Portrait de Mohammad Abdel Raouf Arafat Al-Qoudwa Al-Husseini dit Yasser Arafat

En novembre 2012, la tombe de l'ex-Raïs palestinien avait été ouverte et une soixantaine d'échantillons prélevés sur sa dépouille puis répartis pour analyse entre trois équipes d'experts suisses, français et russes.
Or, les experts mandatés par les juges français ont à deux reprises écarté la thèse de l'empoisonnement.

Les experts russes ont conclu à une « mort naturelle ». Au contraire, des experts suisses sollicités par la veuve avaient pour leur part jugé que leurs résultats « soutiennent raisonnablement l'hypothèse de l'empoisonnement » au polonium.

Lire : La veuve de Yasser Arafat veut contester les analyses des experts français devant la justice française

La piste de l’empoisonnement de nouveau écarté par les experts français

Nombre de Palestiniens accusent l'administration zioniste, qui a toujours nié, d'avoir empoisonné Yasser Arafat. Mais certains soupçonnent aussi une collaboration palestinienne dans ce décès, sur fond de luttes de pouvoir.

Sources : Afp, Reuters, Agence Wafa, Haaretz, L'orient le Jour