Muslim United attaqué par des sites islamophobes

D’après Hamzatou à 12h50 le 11 Août 2013

Le collectif Muslim United s’est fait insulter et reçoit même des menaces après avoir fait le signe phare de Dieudonné, la célèbre quenelle, devant le site de la « bataille de Poitiers » de 732 en signe de protestation au sujet des manquements historiques de l’enseignement scolaire mais ceci à caractère privé.Cette photo ci dessus a été volé et aussi reprise par des groupes extrémistes, depuis le collectif est traité de « voyous, posant fièrement devant un panneau commémoratif de la victoire des Francs contre les envahisseurs islamiques en 732 » et augmente la haine déjà bien pesante des groupes extrémistes et des racistes de tous genres qui s’échauffent mutuellement sur la toile.

Muslim United en la personne de Abdelmajid Belouka qui est le fondateur du label Muslim United et aussi producteur d’artistes de rap a été contacté par Oumma et s’est dit affligé et voire même effrayé devant l’ampleur de l’affaire : « Cette photo était humoristique, elle ne devait pas circuler, et ce n’est en aucun cas de la « provocation musulmane », comme on nous le reproche. Elle nous a été dérobée pour ensuite l’instrumentaliser. Depuis le 8 août, les esprits ont été volontairement chauffés à blanc, nous sommes diabolisés, il y a même des appels au meurtre qui sont diffusés, c’est scandaleux ! Cela reflète tristement la violence islamophobe qui a contaminé la France, le deux poids deux mesures envers les musulmans, alors que n’avons de cesse de nous positionner comme des citoyens français, de confession musulmane, désireux de vivre ensemble en parfaite intelligence, fidèles à nos valeurs et en osmose avec toute la société française. Nous avons été les premiers à dénoncer l’islamophobie sur le plan artistique. Enfin, je voudrais ajouter que lorsque, en octobre dernier, 70 extrémistes de Génération Identitaire ont assiégé la mosquée de Poitiers, du jamais vu en France, on n’a pas vu sur le Net une déferlante d’injures et de menaces pour condamner cet acte sauvage et illégal ».

Le collectif a décidé de répondre à ses détracteurs en vidéo et sur le lieu même de la polémique :