Orange n’a pas changé d’avis sur sa présence en territoire sioniste

Il a assuré… Non, Stéphane Richard, PDG de l'opérateur de téléphonie français, a tenu à rassurer samedi à l'AFP, démentant une nouvelle fois tout désengagement du groupe sur le territoire « conquis »où il est notamment présent au travers de deux filiales, et ce après une vive polémique de la part de l'état zioniste .

Il « regrette sincèrement » la « controverse » née de ses propos de mercredi au sujet de la fin, souhaitée « dès que cela est possible contractuellement« , de l'accord de licence de marque qui lie Orange à la compagnie israélienne Partner. Propos qui ont été perçus comme une volonté du groupe de quitter le pays. M. Richard assure que son groupe « ne soutient aucune forme de boycott, en israël ou ailleurs dans le monde« .

Orange insiste sur le fait qu'il ne détient aucune action ni droit de vote dans Partner et n'a aucune emprise sur lui, et qu'en dehors de ses relations avec Partner, il n'a pas la moindre activité ni le moindre chiffre d'affaires en territoire sous gouvernance zioniste.

Orange et Partner sont liés par un contrat de licence permettant à Partner d'utiliser la marque et l'image d'Orange en échange d'une redevance. Le contrat a été signé en 1998, deux ans avant le rachat d'Orange par France Télécom. Orange a récemment fait amender le contrat, jusqu'alors illimité, pour qu'il expire en 2025.

Au Caire : Stéphane Richard avait dit …..

Mercredi au Caire, M. Richard avait évoqué la volonté de son groupe de mettre un terme à son accord de licence avec Partner. Il s'est ensuivi une vive polémique, remontant au plus haut niveau puisque Bibi en personne et le ministre français des Affaires étrangères sont intervenus sur le sujet.

Au cours de sa conférence de presse en Égypte, le PDG d'Orange a invoqué des raisons économiques et financières pour dire :

« Désormais, nous avons la possibilité de mettre fin à ce contrat dans le futur« , avait-il souligné lors de sa conférence de presse organisée dans la capitale égyptienne. « Notre intention est de mettre un terme à ce contrat le plus tôt possible » et « de retirer la marque Orange d'israël« , avait annoncé M. Richard. « Ce n'est pas lié à israël parce que c'est israël« , avait-il toutefois précisé. Avant de préciser qu'il romprait « demain matin » les relations avec Partner si Orange ne s'exposait pas à des « risques énormes » de demande de dédommagement.

Cette déclaration a surement été faite afin de s'assurer de bonnes dispositions avec ses partenaires Égyptiens… Ah « business is business » quitte à créer une polémique, et pourquoi pas dans l'élan un coup de publicité….

« Notre décision sur l'utilisation de notre marque est motivée – comme c'est le cas partout dans le monde – uniquement par notre stratégie de marque« , affirme le patron d'Orange dans un texte transmis à l'AFP. « Au terme de discussions avec Partner, un amendement a été inscrit en avril dernier afin d'introduire une date limite à la licence« . Celle-ci « est désormais valide jusqu'au 31 mars 2025« , rappelle-t-il.

Partner « avait beaucoup de droits sur la marque et nous-mêmes n'avions quasiment pas de capacité d'action » sur celle-ci, avait expliqué le patron d'Orange.

orange israel

L'état zioniste est le seul pays dans lequel Orange est présent sans exploiter lui-même sa marque en vertu d'un accord de licence signé par le groupe britannique Orange avec Partner avant le rachat d'Orange par France Télécoms en 2000. France Télécoms a pris le nom d'Orange en 2013.

Face aux accusations selon lesquelles Orange aurait décidé de se retirer en soutien à une campagne internationale et non gouvernementale de boycott destinée à faire pression sur l'état zioniste pour mettre fin à l'occupation des Territoires palestiniens, le PDG du groupe français a souhaité exprimer « très clairement que le groupe Orange est présent en territoire sous gouvernance zioniste pour y rester » ; notamment via ses deux filiales, Orange Business Services, qui propose des offres à destination des entreprises, et Viaccess-Orca, spécialiste de l'IPTV. « Je regrette sincèrement la confusion actuelle et la controverse au sujet d'Orange et d'israël« , souligne-t-il. « Ce que nous avons essayé de faire a été d'améliorer notre situation légale par rapport à ce dossier« , avait indiqué Stéphane Richard au Caire mercredi, en référence à l'introduction de l'amendement à l'accord avec Partner.

Cinq ONG et deux syndicats avaient appelé Orange fin mai à annoncer son désengagement et à « dénoncer les atteintes aux droits humains commises par Partner« . Selon leur rapport, Partner, en fournissant ses services dans les colonies, contribue à leur maintien.

Médiatisation, réactions et revirement

Les propos de Stéphane Richard ont fait la une des radios et des journaux. Ils ont été immédiatement interprétés comme exprimant la volonté d'Orange de se dissocier des activités de son partenaire israélien dans les colonies, les blocs construits et habités par des colons zionistes dans les territoires occupés ou annexés par l'occupant zioniste depuis 1967, à commencer par la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

La communauté internationale considère comme illégale la colonisation, obstacle majeur à la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens selon elle.

La ministre adjointe des Affaires étrangères Tzipi Hotovely avait immédiatement écrit au PDG d'Orange pour réclamer sèchement une clarification et le presser de ne pas prendre part « à l'entreprise de mensonges qui vise injustement israël« .

Isaac Benbenisti, appelé à prendre la présidence de Partner le 1er juillet et « très en colère« , a accusé Stéphane Richard de céder aux « pressions très importantes des (groupes) pro-Palestiniens » et de participer à une grande campagne d'isolement l'état zioniste dans le monde.

La LDJ (Ligue de Destruction du Judaïsme – comme nous l’appellons) a appelé les Français amis de l'état zioniste à résilier leurs abonnements à la société Orange (RESILLIONS NOS ABONNEMENTS A ORANGE).

Sources : Afp, Reuters, Haaretz, L'orient le Jour…

Exigeons qu'Orange rompe son partenariat avec l'opérateur israélien Partner : https://www.change.org/p/chef-de-l-etat-français-approuver-la-décision-du-pdg-d-orange-de-rompre-son-partenariat-avec-l-opérateur-israélien-partner