Palestine : l’Esplanade des Mosquées théâtre d’affrontements

Hier matin dimanche, soit à 24 heures du début des célébrations du nouvel an juif, des heurts ont eu lieu entre des Palestiniens et la police de l'administration d'occupation zioniste sur l'esplanade des Mosquées (Jérusalem). Des témoins se réclamant de confession musulmane ont déclaré que les forces de l'ordre ont pénétré dans la mosquée al-Aqsa et causé des dommage.

Une version réfutée par une porte-parole de la police de l'administration d'occupation zioniste, qui a quant à elle affirmé que les policiers se sont limités à fermer la porte autorisant l'accès au lieu.

Un communiqué des autorités indique que dans la nuit de samedi à dimanche, de jeunes manifestants Palestiniens se sont barricadés dans la mosquée en attendant de pouvoir « perturber » les visites de « Juifs ».

A lire : Invasion de l’esplanade par les ultras Juifs, attaques à la voiture béliers, la 3ème intifada est-elle en marche ?

Au moment du raid, les forces de sécurité et de renseignement ont selon eux reçu des informations sur des hommes masqués barricadés à l'intérieur de la mosquée al-Aqsa avec des barres de fer et des bâtons en bois.

Le chef de la police de Jérusalem, Moshe Edry a déclaré que la police était « préparée à tout scénario possible. La police et les combattants méritent des éloges pour leur dévouement professionnel et leur détermination qui ont rapidement mis un terme à l'émeute. Nous continuerons notre politique de tolérance zéro concernant toute tentative de troubler l'ordre public« .

Le correspondant de l'AFP a rapporté que les affrontements se sont ensuite étendus au-delà de l'esplanade, avec des grenades lacrymogènes et assourdissantes lancées par les forces de l'ordre israéliennes dans l'espoir vraisemblable de faire plier les manifestants.

Lire aussi ! L’Esplanade des Mosquées devenue un théâtre de guerre

Le mouvement des « mourabitoun » déclaré illégal

On apprend de même que ces affrontements se sont produits quelques jours après que le ministre israélien de la Défense Moshe Ya'alon ait prononcé l'illégalité du mouvement des « mourabitoun ».

Ces heurts surviennent à un moment de tension autour de l'Esplanade des Mosquées, après la décision du ministre de la Défense Moshe Ya'alon, qui a déclaré mercredi « illégal » le mouvement des « mourabitoun » (« sentinelle » en arabe), composé de Musulmans qui surveillent le lieu.

M. Ya'alon a « déclaré illégale l'organisation des mourabitoun« , après avoir été convaincu par les responsables de la sécurité qu'interdire ce groupe était nécessaire pour « défendre la sécurité de l'Etat, le bien-être du public et l'ordre« , a indiqué un communiqué de son bureau.

Selon eux, les Mourabitoun « sont liés, et souvent influencés par des organisations islamiques hostiles« , a encore affirmé le bureau du ministre.

Il est à noter que, si l'esplanade des Mosquées est ouverte aussi bien aux « Juifs » qu'aux Musulmans, le statu quo ayant découlé du conflit de 1969 interdit dans le même temps aux Juifs de prier sur ce lieu sacré. Précisons aussi pour finir que le nouvel an juif est censé être fêté lundi et mardi. Cette pénétration est-elle en fait une énième provocation ?

Le financement du groupe provient de diverses organisations islamistes et de plusieurs Etats du Golfe, qui transfèrent de l'argent par courrier en provenance de Cisjordanie.

Le Shin Bet avait intercepté fin 2014 une enveloppe qui contenait 1.000.000 shekels (environ 208.000 euros) destiné aux Mourabitoun.

Au cours du week-end, treize Palestiniens et quatre policiers de l'administration d'occupation zioniste ont été légèrement blessés lors de violents affrontements qui ont éclaté entre les habitants d'une implantation et des Palestiniens dans la zone de Silwan à Jérusalem-est, rapporte Haaretz.

Samedi soir, quelque 100 manifestants, dont des militants de gauche, se sont réunis pour un spectacle de solidarité avec les habitants Palestiniens du quartier.

Sources : Reuters, Afp, Haaretz, Agence Wafa, L'orient le Jour…