Pas vu, pas pris

D’après Hamzatou à 19h53 le 5 Juin 2013

« Fais ce que je dis mais pas ce que je fais », c’est exactement ce que le gouvernement français nous inflige tous les jours avec son bouclier contre la religion j’ai nommé la laïcité. Dernier fait en date et pas des moindres, le recul de partiel à l’université Paris-Est-Créteil.

Le Parisien nous informe qu’il n’y a pas si longtemps on entendait parler de la mairie de Paris qui ne se cachait plus, et de quoi elle ne se cachait plus ? hé bien du fait qu’elle suspend son conseil municipal, rappelez-vous-nous parlons laïcité, pour une fête religieuse ! Oui, la mairie de Paris arrête son conseil pour une fête juive le Yom Kippour ! 

Cette fois-ci la laïcité à deux vitesses a sévi dans une université pour les examens de licence 3 et master 1 qui se sont déroulés peu de temps avant les vacances de printemps et là encore pour des fêtes religieuses juives de Chavouot.

Bien sûr les étudiants ont été pris de cours et certains ont cherché à savoir pourquoi les examens ont été décalé, une étudiante aurait confié « on s’est renseignés auprès de l’administration, qui nous a avoué que c’était à cause des fêtes religieuses. En cours on nous rabâche les principes de la laïcité, d’égalité mais ils n’existent pas en droit à Paris XII ». Après cette réponse donc, ce fut la consternation mais apparament pas pour tout le monde puisque pour Jacques Israël doyen de l’université de droit la « laïcité n’est pas remise en cause ».

Alors question qu’est-ce qui remet en cause la laïcité si le fait de décaler des partiels pour une seule catégorie de la population pour des fêtes religieuses ne l’est pas ? Ou alors la laïcité est-elle à la carte ?

Le pire dans cette histoire c’est que selon l’association des étudiants Alter a, ce serait habituel dans cette université sauf que d’habitude personne n’est au courant, en effet elle aurait dit « habituellement, le calendrier est fait en fonction des fêtes religieuses, mais on ne le sait pas . »

Comme dirait un ami : « C’est du propre ! ».

Source : LeParisien