Pékin sollicite un soutien US contre des « islamistes » du Xinjiang

La Chine a lancé un appel, le 4 Août dernier, pour un soutien des États-Unis dans la lutte contre les militants « islamistes » dans la région chinoise occidentale de Xinjiang – désignant directement les Ouïghours – en expliquant qu'ils sont aussi une menace pour les Etats-Unis.

Les fonctionnaires chinois affirment que le Mouvement islamique du Turkestan oriental – le « Mito » – (ETIM : East Turkman Islamic Mouvement) recruterait des Ouïghours, la minorité ethnique majoritairement musulmane du Xinjiang, et les formaient par des « extrémistes » en Syrie et en Irak, avec l'intention de retourner en Chine pour une hypothétique et fantasmatique guerre sainte.

De nombreux experts chinois et étrangers, se sont demandé si ETIM (- le « Mito » -) existe réellement en tant que « groupe cohérent » comme la Chine le prétend.

Carte de la région du Xinjiang
Carte de la région du Xinjiang

« De sérieuses et graves menaces » pèseraient « de jour en jour« , c'est ce qu'a déclaré le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, à la suite d'une réunion entre les vice-ministres chinois des Affaires étrangères Cheng Guoping et Tina Kaidanow et l'ambassadeur pour le Bureau du département d'Etat américain de lutte contre le terrorisme .

« La Chine a souligné, la menace grave que représente le ETIM et d'autres organisations terroristes du Turkestan oriental pour la Chine, les Etats-Unis et la communauté internationale, et a demandé tout particulièrement aux États-Unis un véritable soutien et une coordination concrète avec la Chine dans la lutte contre les forces terroristes du Turkestan« , selon le ministre Cheng Guoping.

Les deux parties ont convenu de lutter contre le cyber-terrorisme et l'extrémisme et de renforcer conjointement la lutte contre le terrorisme, a-t-il ajouté.

Des centaines, voire des milliers d'Ouïghours, ont franchi illégalement la frontière chinoise au cours des dernières années, un périple qui les amènent en Turquie, pour beaucoup, passant par l'Asie du Sud-Est.

Lire aussi : 2000 Ouïghours ont été massacrés par les forces armées chinoises dans l’indifférence internationale

Mais, et selon des observateurs, des ONG et des associations de défense des droits de l'Homme, ces migrants fuient les violences ethniques dans le Xinjiang chinois et les contrôles et restrictions sur leur religion et leur culture… ce que bien évidemment Pékin nie.

Lire aussi : Le vice des autorités chinoises envers les Ouïghours n’a pas de limite

Des centaines de personnes sont mortes dans les troubles dans le Xinjiang au cours des trois dernières années. Cette région est accusée par Pékin d’être un foyer de séparatistes – turcophone- et de militants dits « islamistes ». Mais les responsables chinois ont offert peu de preuves que ces violences étaient le fait et/ou liée à ETIM, que Washington considère comme un groupe terroriste depuis le 11 septembre 2001.

Certains fonctionnaires du gouvernement américain ont émie des doutes dans l'étendue et l'influence de l'organisation, ETIM, dans le Xinjiang, mais les experts notent que la rhétorique américaine sur ce mouvement peut être contre balancer en faveur de Pékin.

La Chine a intensifié ces efforts dans la soi disante lutte contre le terrorisme à la suite d'attaques meurtrières de ces dernières années.

A lire : L’attaque de la gare attribuée aux Ouïghours

Le gouvernement est en état d'alerte accrue avant le championnat international d'athlétisme à Pékin ce mois-ci (22 au 30 août) et à un défilé à Beijing prévue le mois prochain pour marquer les 70 années de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« La ligne sécuritaire et la politique anti-terroriste doit être bien mis en œuvre afin de déjoués tout les complots terroristes, avant qu'ils ne puissent être effectif… » confirme l'adjoint de la Sécurité publique, Huang Ming…

Il y a quelques jours, la Chine a subi une impressionnante et énorme explosion dans le port le plus grand du pays…. Le gouvernement chinois serait il assez hypocrite pour mettre son incompétence au niveau de la sécurité sur le dos des soi disant « terroristes » Ouïghours ?

Sources : Reuters, Chine Nouvelle, Xinhua news agency