Petite histoire : Mazar-e-Sharif (ou la mosquée bleue afghane)

D’après le Dr Mansour pour T.E.P.A à 20h30 le 09 Avril 2014

Vue dans la cour à l’ouest du sanctuaire de hazrat Ali à Mazar-e Sharif. A l’arrière-plan un des minarets du portail nord. Derrière les arbres l’ancienne bordure du sanctuaire (démoli en 1945) avec des cellules pour pèlerins et mourants. Dans la cour on distingue le tombeau de l’émir Sher Ali Khan (1822-1862-1879). Au premier-plan à droite une chapelle cubique avec les tombeaux de Wazir Akbar Khan et quelques autres membres de la famille de l’émir Dost Muhammad Khan (1792-1824-1840/1842-1862).

Mazare sharif (ou la mosquée bleu afghane) / le Shrine de “Hazrat” Ali

Ce très bel ensemble de bâtiments recouverts de céramique bleue intense est presque mythique pour les Afghans et fait l’attraction et la renommée de la ville.

Il s’agit d’un tombeau à côté duquel est bâti une mosquée. Ce tombeau nommé « Shrine » doit sa situation à un rêve qu’aurait fait un mollah vers 1100 : elle a été construite par le sultan Ahmed Sanjar – 1085/1157 ap J.C. (Dynastie desseldjoukide).

Elle est située à proximité de la ville historique de Balkh (ville natale de Djalāl ad-Dīn Muḥammad dit « Rūmī » 1207-1273 ap. J.C.) à 20 km à l’ouest, où, – pour la légende – aurait été enterré secrètement Abou l-Haçan ‘Ali Ibn Abi Talib Ibni ‘Abdi l-Mouttalib Ibni Hachim Ibni ‘Abdi Manaf (1) , autrement dit Ali ibn Abu Talib, le quatrième calife… cousin et gendre du Prophète Mohammad (saw).

Détruit par Gengis Khan, lors de son incursion en 1220.

Le Shrine fut reconstruit, comme le tombeau d’origine à l’époque timouride (2) en 1460, et autour de celui-ci se construisit plus tard la ville de Mazar-e Sharif au XIX ème siècle… quant à la ville de Balkh elle-même, elle fut abandonnée pour cause d’épidémie en 1886…

(1) Ali mort le 21 Ramadhan de l’an 40 de l’Hégire, certaines sources disent qu’il est enterré en face de la Qibla de la mosquée de Koufa (son fief). D’autres disent devant le palais des gouverneurs et pour les dernières caserai à au Najaf. Mais la vérité est qu’ils ont dissimulé sa tombe honorée par crainte des nuisances de la part des kharijites.

(2) L’époque des Timourides en Asie centrale et en Iran oriental a été marquée par l’existence d’une société « duelle », irano musulmaned’un côté et turco-mongole de l’autre. Les Timourides, dynastie d’origine turco-mongole de l’Asie centrale, ont régné sur le monde iranien et turc oriental du début du XVe au début du XVIe siècle. À Samarcande, à Shiraz, à Herat, les souverains timourides et leurs élites militaires, les émirs, en contact quotidien avec la culture locale de très longue tradition urbaine, s’« iranisent » et s’urbanisent assez vite, mais tout en gardant des spécificités de leur origine.