Pour l’autodétermination du peuple Palestinien

D’après larédac à 18h15 le 20 Décembre 2014

18 décembre 2014
79e session, 73e & 74e séances plénières.
Droit des peuples à l’autodétermination.

Aux termes de la résolution III sur le « droit du peuple palestinien à l’autodétermination », adoptée par 180 voix pour, 7 contre (Canada, États-Unis, Israël, Îles Marshals, Micronésie, Nauru et Palaos) et 4 abstentions (Cameroun, Paraguay, Soudan du Sud et Tonga), l’Assemblée générale, prie instamment tous les États ainsi que les institutions spécialisées et les organismes des Nations Unies de continuer à apporter soutien et aide au peuple palestinien en vue de la réalisation rapide de son droit à l’autodétermination.



Les responsables zionistes ont fermement condamné la décision de la justice européenne de retirer le Hamas palestinien de la liste des organisations terroristes de l’UE en raison d’un vice de procédure. Cette liste noire a été créée dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. On y trouve de nombreux groupes ayant pratiqué le terrorisme, comme le Hamas et sa branche armée, auteurs de très nombreux attentats ayant visé des civils israéliens.

Joint par RFI, un diplomate européen reconnait qu’à Bruxelles personne n’avait anticipé cette décision de justice particulièrement polémique. La Commission européenne a d’ailleurs rapidement précisé qu’elle considérait toujours le Hamas comme une organisation terroriste et que la décision légale de mercredi n’avait rien à voir avec un quelconque changement de ligne politique de la part des 28 Etats membres.

L’Union européenne devrait faire appel dans un délai de trois mois et d’ici là, les avoirs du mouvement de résistance palestinien restent gelés.

Le Hamas toujours infréquentable

Ce sont les attentats-suicide meurtriers des années 1990 et 2000 qui ont valu au Hamas son inscription sur la liste européenne des organisations terroristes. Aux yeux des Occidentaux, le Hamas est infréquentable, malgré sa victoire aux élections législatives palestiniennes de 2006.

L’ONU, l’Union européenne, les Etats-Unis et la Russie qui constituent le « Quartette pour le Proche-Orient » ont même défini trois conditions que le Hamas devrait remplir pour devenir un interlocuteur : renoncer à la violence, reconnaître l’état zioniste et reconnaître les accords palestino-israélien. Trois conditions que le mouvement palestinien a toujours rejetées.

La décision de la justice européenne, ce mercredi, concerne le Hamas et sa branche armée, les brigades Ezzedine al-Qassam, qui figuraient toutes deux sur la liste des organisations terroristes de l’UE. Pour d’autres mouvements, la distinction s’opère.

Ainsi, la branche armée du Hezbollah libanais figure sur la liste européenne des organisations terroristes depuis 2013, mais pas sa branche politique.

Le Premier ministre hystérico-zioniste Benjamin Netanyahu a dénoncé vigoureusement mercredi la décision du Tribunal de l’Union européenne de retirer le Hamas palestinien de la liste des « organisations terroristes », accusant les Européens de n’avoir « rien appris » de l’Holocauste.

« Au Luxembourg, le Tribunal de l’UE a retiré de la liste d’organisations terroristes le Hamas qui a commis d’innombrables crimes de guerre et d’innombrables actes terroristes« , a indiqué M. Netanyahu dans un communiqué de son bureau. Tout en oubliant que les exactions de son gouvernement et son armée sont des crimes.

« Il semble que beaucoup trop (de gens) en Europe, où six millions de juifs ont été massacrés, n’ont rien appris« , a-t-il soutenu au début d’une rencontre à Jérusalem avec la sénatrice républicaine Joni Ernst.

« Mais nous en Israël, nous avons appris. Nous continuerons à défendre notre peuple et notre Etat contre les forces de la terreur, de la tyrannie et de l’hypocrisie« , a ajouté le Premier ministre.

Le Tribunal de l’UE, saisi par le Hamas, a annulé mercredi pour vice de procédure l’inscription en décembre 2001 du mouvement palestinien sur la liste des « organisations terroristes » de l’UE, tout en maintenant temporairement le gel de ses avoirs en Europe.

Le Conseil européen a trois mois pour prendre une nouvelle décision de gel des fonds, ou deux mois pour se pourvoir en appel auprès de la Cour de justice de l’UE contre cette décision, a ajouté le Tribunal de l’UE.

Après cette décision, la Commission européenne a indiqué que l’UE « considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste« .

Plus tôt dans la journée, Benjamin Netanyahu a exigé que l’UE replace « immédiatement » le Hamas sur sa liste des « organisations terroristes ».

Le Hamas s’est en revanche félicité de la décision de l’en retirer.

Bibi « the king » a fustigé en outre une conférence qui a réuni mardi à Genève les représentants de 126 Etats, qui ont rappelé dans une déclaration l’obligation de respecter le droit international humanitaire dans les Territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est.

« Aujourd’hui, nous avons été témoins d’exemples stupéfiants de l’hypocrisie européenne« , avait-il déclaré M. Netanyahu.

« A Genève, ils ont appelé à enquêter sur Israël pour des crimes de guerre« , avait-t-il ajouté.

Paul Fivat, diplomate suisse et ambassadeur spécial pour les Conventions de Genève, a souligné que la conférence était « un message envoyé aux parties en conflit, en particulier les population civiles, (pour leur rappeler) qu’il y a un droit qui protège leurs intérêts« .

Bête noire de l’état zioniste, le Hamas qui contrôle de facto la bande de Gaza est également considéré comme une « organisation terroriste » par les Etats-Unis. 

Le Hamas, soutenu par l’Iran, rejette toute négociation avec l’Etat hébreu dont il ne reconnaît pas l’existence et prône la lutte armée contre « l’occupant ».

Pérès : « Je suis en faveur d’un Etat palestinien« 



Sur Europe 1 : « Je suis moi-même en faveur d’un Etat palestinien« . Aurait-il pu, lui, voter une motion sur la reconnaissance de l’Etat de Palestine ? « Je ne suis pas sûr, pour plusieurs raisons : je suis moi-même en faveur d’un Etat palestinien. C’est une revendication légitime, mais la question se pose de comment y parvenir. Par un accord ou par de simples déclarations ? Je crois que les déclarations sont plus aisées à faire mais elles ne constituent pas un accord : je préférerais emmener les deux pays vers une solution à deux Etats. Un Etat palestinien et un Etat israélien. » Et Shimon Peres se dit résolument optimiste : « Je crois que cela est possible malgré toutes les critiques, cela prendra du temps peut-être : et bien, prenons le temps de parvenir à cet accord !« 

« La France a joué un rôle historique« .S’il rejette l’idée de voir le Hamas devenir un interlocuteur dans ce dossier- « le Hamas n’a pas sa place dans l’ère moderne, ce sont des gens qui veulent tuer » -, il attend beaucoup de l’action de François Hollande : « la France a joué un rôle historique que nous ne pouvons qu’apprécier. L’Europe aussi. Je recommanderais aujourd’hui de faire preuve de patience et d’épouser cette nouvelle ère du savoir qui s’ouvre devant nous pour embrasser nos différences. Il faut également faire appel au système de résolutions à l’ONU mais les résolutions ne sont que des résolutions ! Il faut changer la situation sur le terrain, pas les résolutions« .

« Nous ne pouvons juger Netanyahou que sur les résultats« . Après avoir assuré « ne pas vouloir porter de jugement sur l’administration Netanyahou« , Shimon Peres estime tout de même « qu’il ne semble pas obtenir de bons résultats, c’est bien pour cela que de nouvelles élections sont organisées. Je n’en fais pas une question personnelle : je crois que je suivrais moi-même une politique différente. Il appartient à Netanyahou de suivre sa politique. Nous ne pouvons le juger que sur les résultats et c’est là-dessus que nous le jugerons, donc.« 

Shimon Peres, âgé de 91 ans, croit-il possible de voir la paix en israël de son vivant ? « À 100 % ! Je n’ai pas la moindre espèce de doute à ce sujet !« 

Quelles conséquences après la décision de l’UE sur le statut du Hamas et la résolution contre l’occupation sioniste…?

Les conséquences que l’on peut déjà constater :

– Le fait que les USA sont frileux, pour une première fois, a utilisé le Veto automatique dès qu’il s’agit de l’état zioniste … et si cela s’averait être le cas ; Bibi aka « the king » utiliserait ce fait, comme argument pour les élections législatives anticipées. D’ailleurs il a déjà commencé en affirmant que « l’Europe n’a rien appris de l’Holocauste » suite au retrait du Hamas de la liste des organisations terroristes de l’UE…

– Bibi utilise déjà les critiques qui sont faites à l’encontre de l’état zionsite, martelant que le monde est contre cet état reprenant comme il sait si bien le faire le rôle de victime. L’objectif est peut-être ainsi d’appeler les « juifs » du monde à le soutenir et à rentrer au sein de ladite « terre promise ».

– Et enfin toute cette mascarade lui servira lorsqu’il se présentera comme le seul à  pouvoir défendre l’état face aux menaces, qui sont bien sûr fantasmées et exagérées.

Et comme à chaque campagnes électorales zionistes : un bombardement sur Gaza aide à se faire élire…

Source : avec Afp, reuters, Europe 1, Haaretz, Rfi, L’orient le Jour