Près de 30 000 combattants étrangers en Syrie et en Irak

Selon les services de renseignement américains, il y aurait près de 30 000 combattants étrangers -désignés de « djihadistes »- qui se seraient rendus en Syrie et en Irak depuis 2011, soit le double de la précédente estimation faite il y a un an, a rapporté samedi dernier le New York Times.

Sur ces 30 000 combattants étrangers, dont un bon nombre d'Occidentaux, il y aurait 250 Américains alors qu'ils n'étaient qu'une centaine il y a un an, selon des responsables du renseignement américain qui se sont confiés anonymement au célèbre magazine.

Le président américain Oncle Barack Obama a présidé mardi à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, à une réunion internationale sur la lutte contre l'EI.

 InfoGraphie : The Economist/Reuters - novembre 2014
InfoGraphie : The Economist/Reuters - novembre 2014

Les États-Unis pilotent depuis plus d'un an une coalition militaire d'une soixantaine de pays qui a effectué des milliers de frappes aériennes contre des positions de l'EI en Syrie et en Irak.

La plupart de ces combattants étrangers, venus de près 100 pays, ont rejoint les rangs de l'état dit « islamique » (EI) qui contrôle depuis plus d'un an des pans entiers de la Syrie et de l'Irak.

Les responsables américains qui ont parlé au New York Times évaluaient il y a un an ce nombre à 15 000 combattants étrangers.

Coopération entre Bagdad, Téhéran et Moscou

Toujours selon le New York Times, le doublement du nombre de combattants étrangers devrait ajouter au sentiment de difficultés auxquelles fait face la coalition contre l'EI, notamment pour que ses pays membres parviennent à juguler le flot d'étrangers et partagent des renseignements.

Avec le déploiement de forces en Syrie, la donne est en train de changer dans la région. Les autorités irakiennes ont déclaré samedi que leurs responsables militaires coopéraient dans le domaine du renseignement et de la sécurité à Bagdad avec la Russie, l'Iran et la Syrie afin de contrer la menace de l'EI.

Le commandement irakien des opérations militaires conjointes indique qu'un accord de coopération a vu le jour « alors que Moscou s'inquiète de la présence de milliers de terroriste venant de Russie pour entreprendre des actes criminels aux côtés de -Daech- (EI)« .

Sources: Reuters, Afp, New Work Times…