Quand la société culpabilise les mamans

D’après Umm Djalyla à 17h00 le 13 Février 2014


En tant que mère musulmanenotre objectif est d’élever nos enfants dans l’adoration d’Allah.
Nous souhaitons ce qu’il y a de mieux pour eux et on ne peut y arriver qu’en se référent au Coran, à la Sunna du Prophète et en suivant les conseils des illustres savants.
Nous sommes conscientes que nos valeurs et nos principes éducatifs sont aux antithèses de ceux véhiculés par la société et souvent remis en question.
Et pourtant, il est étonnant de nos jours, de constater que beaucoup de jeunes mamans musulmanes se retrouvent tiraillées entre ce que leur morale leur dicte et les dires du corps médical.
Nous faisons souvent l’erreur de croire qu’un médecin connaît ce qu’il y a de mieux pour notre nourrisson alors que bien souvent, leurs conseils sont en totale contradiction avec le bon sens, voire même avec la religion.
C’est à se demander si ces « professionnels » ont déjà eu des enfants : il suffit d’entendre leur recommandation sur l’âge maximum de l’allaitement, les heures imposées entre les tétées, l’âge obligatoire des premiers aliments solides ou encore le calendrier vaccinal à respecter, tout ceci sans nous demander notre avis.
Parce que justement notre avis est DIFFERENT du leur : et pourtant nous culpabilisons de ne pas suivre leurs conseils alors qu’au fond de nous-même, nous savons pertinemment que nous avons raison.
Comment croire que le lait industriel est aussi «bénéfique» que le lait maternel !!!! Alors qu’un verset en a démontré le contraire en recommandant l’allaitement jusqu’à deux ans.
Comment croire qu’un nourrisson doit se régler toutes les 4 heures pour téter ! Alors que le lait maternel se digère en seulement 30 minutes !
Comment croire que les vaccins ne peuvent pas avoir d’effets secondaires sur la santé de nos enfants, alors qu’ils contiennent des adjuvants en aluminium nocif et très dangereux pour nos petits et pour leur système immunitaire immature.
Comment croire que les enfants instruits en famille sont plus sauvage que les autres alors que leurs parents les préservent des dérives du système éducatif laïc et de la violence qui règne dans nos écoles.
La liste est encore longue des recommandations qu’on veut nous faire avaler pour soi-disant protéger nos enfants.
Cessons de culpabiliser et de céder à leur dictat.
Nos enfants sont notre responsabilité et notre amana, à nous de nous battre pour leur donner le meilleur.
Rien n’est plus précieux pour une maman que le bonheur de son enfant.
Chaque femme, chaque épouse, chaque mère doit se faire confiance sur l’éducation de ses enfants mais surtout et avant tout, elles doivent faire confiance à EL KHABIR (le Grand connaisseur, le Bien–informé).
Ainsi elles ne seront jamais déçues.