Que dit le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) sur la torture et les conditions de guerre ?

D’après Larédac à 10h30 le 30 Décembre 2014

Il y a quelques semaines, l’Amérique et le monde ont découvert officiellement ce que beaucoup de monde soupçonnait déjà, et que d’autres ne voulaient pas admettre. Un rapport sur la torture remis au Sénat américain de 600 pages sur le renforcement des tactiques d’interrogatoires de la CIA a dévoilé au moins 119 suspects cas de torture après les attentats du 11 septembre. Ce rapport démontre selon des spécialistes la faillite morale de la politique américaine qui aurait approuvé, engagé ou même encouragé ces atrocités.

Le droit américain et international interdit la torture. Malheureusement, des organisations à travers le monde entier comme la CIA ou encore l’état dit islamique ou certains pays qui la pratique de façon non officielle s’engage encore de nos jours dans cet acte barbare.

Cependant, 1400 ans avant, le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a catégoriquement interdit la torture pour une raison quelconque. La période pré-islamique était connue pour ses guerres dépourvues de toute éthique, Mohammed (paix et bénédictions sur lui) a su adopter des méthodes pratiques d’unification avec succès et mis en place des principes de guerre qui malheureusement aujourd’hui ne sont plus respectés. Le plus souvent il choisissait la solution la plus pacifique et la torture était proscrite.

Si nous suivions, ainsi que le monde, l’exemple de Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) en ce qui concerne la compassion, la tolérance et la civilité, un tel rapport à la torture n’existerait pas, parce que la torture elle-même n’existerait pas.

Nous allons voir quelques « leçons » que la CIA, l’état dit islamique, nous-même et l’humanité dans son ensemble peut apprendre du Prophète Muhammed (Paix et bénédiction sur lui) pour éviter d’arriver à l’utilisation de cette barbarie.

Arrêter de s’engager dans la guerre préventive

Le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a interdit la guerre préventive, toutes les formes de terrorisme, et de ne pas se révolter violemment contre un gouvernement et ce peu importe comment il est injuste, et il est même allé jusqu’à interdire la désobéissance civile de peur qu’elle ne conduise à la violence. Quand les musulmans ont fait face à la persécution incessante et brutale à La Mecque entre 610-620, Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a interdit toute réaction violente ou incendiaire contre les autorités régissantes, même si ses compagnons (Que Dieu leur accorde Sa Miséricorde) lui demandait de faire le contraire au plus fort de la persécution mecquoise. Il a offert à ses compagnons (Que Dieu leur accorde Sa Miséricorde) trois options, soit rester et subir la persécution, soit essayer de changer les lois par une argumentation paisible, ou soit de fuir.

Beaucoup de musulmans ont fui les persécutions, certains en Abyssinie où ils ont demandé et obtenu refuge sous le juste roi chrétien Neghus. D’autres sont partis à Médine, où ils ont forgé une alliance pacifique avec les Juifs et bientôt mis en place un État laïque unifié régie par la Charte de Médine. Les combats ont ensuite été autorisés uniquement en cas de légitime défense et que lorsque Dieu en a donné la permission.

Prenons pour exemple la première fois où des musulmans ont été poursuivis et attaqués, pour cette situation le Saint Coran nous dit dans la sourate Al Hajj (22) verset 38 à 42 et ce dans le sens :

« Allah prend la défense de ceux qui croient.

Allah n’aime aucun traître ingrat.

Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre)

– parce qu’ils ont été lésés ; et Allah est certes Capable de les secourir –

ceux qui ont été expulsés de leurs demeures

– contre toute justice,

simplement parce qu’ils disaient : « Allah est notre Seigneur ». –

Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres,

les ermitages seraient démolis,

ainsi que les églises,

les synagogues et les mosquées

où le nom d’Allah est beaucoup invoqué.

Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa religion).

Allah est assurément Fort et Puissant, ceux qui,

si Nous leur donnons la puissance sur terre,

accomplissent la Salât,

acquittent la Zakât,

ordonnent le convenable

et interdisent le blâmable.

Cependant,

l’issue finale de toute chose appartient à Allah. »

Une fois dans la guerre défensive, le Coran ne permet de tuer que des combattants que nous dirons « actifs », et ce selon certains critères qui ne donnent pas de place aux attaques aveugles. De plus l’enseignement de ces versets nous dit que les premiers musulmans (Que Dieu leur accorde Sa Miséricorde) n’étaient passés aux actes seulement parce qu’ils furent obligés de s’y résoudre et avec la Bénédiction de Dieu. La guerre gratuite, ou avec des intentions perverses ou nuisibles guidées par la haine ou l’ambition, autre que pour se défendre ou pour promouvoir la paix ou encore améliorer le sort des pauvres est proscrit.

Arrêter de prendre pour excuse les dommages collatéraux

Drones, bombardements aveugles, dommages collatéraux, ces mots sont devenus courant dans chaque conflit armé de l’époque moderne. Ces méthodes sont malheureusement devenues partie entière de l’expérience militaire.

Le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a catégoriquement condamné tout acte de violence dont les civils (vieillards, enfants, femmes et toutes personnes ne portant pas une arme levée), les biens ou les lieux de culte (église, synagogue, etc…) pourraient être mêlés, même les arbres doivent être épargnés de la violence qui les entoure.

Suivant les indications de Mohammed (Paix et bénédiction sur lui), Abu Bakr (Que Dieu lui accorde Sa Miséricorde), le premier Khalife, a ordonné à l’armée musulmane sur le point de se lancer dans la bataille,

« Ô gens ! Je vous conjure avec dix règles ; apprenaient les bien … pour vos conseils dans le champ de bataille ! Ne commettez pas la trahison, ou ne vous écarter pas du droit chemin. Vous ne devez pas mutiler des cadavres. Ni tuer un enfant, ni une femme, ni un homme âgé. Apportez aucun mal aux arbres, ni les brûler avec le feu, en particulier ceux qui sont fructueux. Ne tuez pas le troupeau de l’ennemi, sauf pour votre nourriture. Vous êtes susceptible de passer par des gens qui ont consacré leur vie à des services monastiques ; laissez les seuls.« 

Le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a été la première grande figure de l’histoire à condamner les dommages collatéraux et ce en paroles et en actes ! Le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a démontré sa foi en son Seigneur et son amour envers Ses créatures. Des valeurs sans précédent que même les nations les plus avancées d’aujourd’hui ne peuvent égaler. Les leaders d’aujourd’hui peuvent mettre fin aux atrocités de la guerre qui engloutissent notre monde en suivant l’exemple de Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) de justice et de compassion.

Quelques préceptes donnés par le Prophète (Paix et bénédiction sur lui) sur les conditions de guerre :

– Il est absolument interdit aux musulmans de mutiler les morts (Muslim).

– Il est interdit aux musulmans de recourir à la duperie (Muslim).

– Les enfants ne doivent pas être tués, ni les femmes (Muslim).

– On ne doit pas prendre à parti les prêtres, les fonctionnaires religieux et les chefs religieux.

– Les vieillards et les invalides, les femmes et les enfants ne doivent pas être tués. On doit toujours avoir à l’esprit la possibilité de la paix (Abū Dāwūd).

– Quand les musulmans pénètrent en territoire ennemi, ils ne doivent pas semer la terreur parmi la population. Ils ne doivent pas permettre le mauvais traitement du peuple (Muslim).

– Une armée musulmane ne doit pas établir son camp en un lieu où cela peut gêner le public. Quand elle se déplace, elle doit prendre soin de ne pas bloquer le chemin et de ne pas causer d’inconvénient aux autres voyageurs.

– On ne doit pas permettre de défigurer les visages (Bukhārī et Muslim).

– On doit infliger à l’ennemi le moins de pertes possible (Abū Dāwūd).

– Quand les prisonniers de guerre sont placés sous surveillance, ceux qui sont proches parents doivent être mis ensemble (Abū Dāwūd).

– Les prisonniers doivent bénéficier d’un certain confort. Les musulmans doivent prendre plus de soin du confort de leurs prisonniers que du leur (Tirmīdhi).

– Les émissaires et délégués d’autres pays doivent être respectés. Toute erreur ou manque de courtoisie de leur part doit être ignoré (Abū Dāwūd, Kitab Ul Jihad)

– Si un musulman commet le péché de maltraiter un prisonnier de guerre, il expiera sa faute en libérant le prisonnier sans rançon.

– Quand un musulman prend un prisonnier de guerre en charge, il doit le nourrir et l’habiller de la même façon que pour lui-même (Bukhārī)

Toutes ces conditions ne sont plus possible dans ce monde dirigé par des gens corrompus par la soif de pouvoir, et sans sagesse.

Arrêter la détention illimitée pour les prisonniers de guerre

Les guerres d’Afghanistan contre les talibans et celle d’Irak de Saddam Hussein sont finies depuis longtemps. Pourtant, l’Amérique continue à maintenir de nombreux prisonniers de guerre à Guantanamo Bay, et probablement dans d’autres lieux tenus secrets. Le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) a là aussi catégoriquement condamné cette pratique. Après avoir laissé les musulmans combattre qu’en cas de légitime défense, Dieu dans son Saint livre, à la sourate Muhammad (47) verset 4, nous fait la commande suivante pour libérer les prisonniers de guerre musulmans immédiatement après la fin de la guerre.

« Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru,

frappez-en les cous.

Puis, quand vous les avez dominés,

enchaînez-les solidement.

Ensuite, c’est soit la libération gratuite,

soit la rançon,

jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux.

Il en est ainsi,

car si Allah le voulait,

Il se vengerait Lui-même contre eux,

mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres.

Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah,

Il ne rendra jamais vaines leus actions. »

Le maintien de prisonniers de guerre, et ce même après que celle-ci soit terminée, crée de la méfiance et de l’animosité entre alliés et ennemis sous l’étendard d’un pays civilisé. Plutôt que d’usurper les droits humains avec la détention indéfinie, plutôt que de fournir du matériel de propagande aux extrémistes, plutôt que de violer sa propre Constitution et celle du droit international, nous devrions tous apprendre de l’exemple du Prophète Muhammed (Paix et bénédiction sur lui), et libérer les prisonniers de guerre.

Arrêter de maltraiter les prisonniers de guerre

Les prisonniers capturaient pendant la guerre et détenus après, doivent être traités avec dignité comme tous êtres humains le méritent. L’historien anti-Islam Sir William Muir (orientaliste écossais) résume bien comment le Prophète Mohammed (Paix et bénédiction sur lui) ordonna à ses compagnons de traiter les prisonniers de guerre :

« Les réfugiés avaient leur propre maison, où ils recevaient les prisonniers avec bonté et considération. « Bénédictions sur les hommes de Médine », a déclaré l’un d’eux quelques jours plus tard : « ils nous ont fait monter (leurs animaux), tandis qu’eux-mêmes marchaient à pied ; ils nous ont donné à manger du pain de froment quand il y avait peu, se contentant de dates. « Il n’est pas surprenant, donc, que certains des captifs, se soient déclarés croyants, et la liberté accordée. Le reste des prisonniers a été conservé pour obtenir une rançon. Sauf pour ceux qui n’avaient rien à donner, ils ont été libérés sans paiement…. « 

Pour le prisonnier qui était libéré sans paiement, plusieurs sortes de pactes étaient conclus, parmi ses pactes il y avait celui d’enseigner l’art de l’écriture à dix jeunes garçons. L’enseignement comme rançon !

Autre exemple avec le deuxième calife de l’Islam, Omar ibn al-Khattab (Que Dieu lui accorde Sa Miséricorde), dit :

« Une personne n’était pas jugée responsable d’une confession qu’elle avait faite si cette dernière avait été soutirée par la douleur, la peur ou l’emprisonnement (imposés pour obtenir la confession).« 

Rappelez-vous, que c’était à une époque où les musulmans capturés pendant la bataille subissaient le sort de la torture et/ou de la mort. Pourtant, en réponse, les musulmans ont exigé la rançon de l’éducation ! Les prisonniers de guerre étaient bien alimentés avec la propre nourriture des musulmans et ce même s’ils n’avaient rien pour eux-même ! Leur maison devenait leur propre maison ! Une fois la guerre terminée, Muhammed (Paix et bénédiction sur lui) libérait immédiatement tous les prisonniers de guerre.

C’est ainsi qu’il a apporté la paix durable à une ancienne friche Arabe engloutie dans la guerre constante. Quel dirigeant d’aujourd’hui a cette compassion pour ses adversaires ?

Arrêter de justifier la torture

Rien ne justifie la torture que la CIA a infligée à ces 119 êtres humains !

L’argument de sécurité avancée par l’administration américaine ne tient pas puisque ledit rapport conclut que les États-Unis n’ont pas été plus en sécurité après avoir exercé ces pratiques barbares !

Dans Sahih Muslim, rapporté aussi par Abû Daoud et An Nassa’i, on trouve l’histoire de Hisham ibn Hakim Ibn Hizam (Que Dieu lui accorde Sa Miséricorde) :

Hisham ibn Hakim Ibn Hizam (Que Dieu lui accorde Sa Miséricorde) a dit qu’il passa en Syrie devant des gens du Livre, exposés au soleil, parce qu’ils n’avaient pas payé la Jizyah ; Hisham dit alors : « Je témoigne que j’ai entendu le Messager d’Allah (Paix et bénédiction sur lui) dire : « Allah punira ceux qui font souffrir les gens dans ce monde » ; puis il alla chez le gouverneur pour lui parler, et celui-ci ordonna de les libérer »

Même, Jabir ibn Abdullah (Que Dieu lui accorde Sa Miséricorde) a rapporté que le Prophète Muhammed (Paix et bénédiction sur lui) a commandé de :

« Ne pas torturer la création d’Allah l’Exalté« .

En effet, la compassion du Prophète Muhammed (Paix et bénédiction sur lui) allait au-delà de l’être humain. Il a également spécifiquement interdit de torturer les animaux, déclarant :

« Une femme avait martyrisé une chatte en l’enfermant et la laissant mourir (de faim). À cause de cela, cette femme alla en Enfer, parce qu’elle ne l’avait ni nourrie, ni fait boire quand elle était enfermée et qu’elle ne l’avait pas laissée (non plus) manger des insectes de la terre.«  Sahih Al-Bukhâri

ou encore

Ibn Omar (Que Dieu lui accorde Sa Miséricorde) passant près de jeunes Qurayshites qui avaient attaché un oiseau et le prenaient pour cible leur dit :

« Qui a fait cela ? Qu’Allah maudisse ceux qui ont fait cela, car j’ai entendu le Messager d’Allah (Paix et bénédiction sur lui) dire : « Maudit soit celui qui prend un être vivant pour cible.«  Sahih Muslim

ou encore

« Maudit soit celui qui mutile les animaux. » Sahih Muslim

Ce n’est pas un manque d’intelligence loin de là, mais un manque de moralité qui a permis ces actes barbares. C’est la folie de l’Homme qui l’amène à la torture. C’est sa course au pouvoir qui l’améne au pire comportement contre les créatures de Dieu. La CIA, l’État dit islamique, l’État sioniste et tous ceux qui leur ressemble mettent en place leur stratégie en utilisant par la peur, la fourberie, en semant la terreur et la destruction sans une once de respect pour la condition humaine et sans aucune sagesse. Le monde entier pourrait en apprendre long sur la compassion, la justice, la miséricorde et la moralité du Prophète Muhammed (Paix et bénédiction sur lui), l’homme qui a apporté la paix avec succès à un monde en guerre. Ah si seulement ils arrêtaient d’écouter la masse et cherchaient par eux-mêmes !

Source : Qur’an, les Sahihs, PDF Sir William Muir