Québec : les musulmans, entre fatigue et peur

D’après Larédac à 13h44 le 10 Janvier 2015

Photo AFP

Ces derniers jours, le monde entier s’est tourné vers la France. Les deux prises d’otages et le carnage du Charlie Hebdo a amplifié considérablement l’inquiétude pour bien des musulmans de France, mais pas que…

La communauté musulmane québécoise sent ces attaques comme un tsunami qui risque de toucher le territoire. Même si unanimement ils ont dénoncé les gestes, tout comme en France, ils ont aussi peur d’en payer le prix.

À la mosquée al-Iman, lors de joumou’a, l’imam a tenu à rappeler les valeurs de l’Islam qui sont la paix et la justice.

En cela, Omar Kone a déclaré pendant le sermon « celui qui se fait justice ne suit pas les principes de l’Islam« .

Certains musulmans craignent d’être exclus, et d’être associés aux tragédies de Paris, selon Haroun Bouazzi, de l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité.

Un poids qui commence à être lourd, selon l’imam Kone. « L’ostracisme permanent – être pointé du doigt, être invectivé, être regardé avec un regard accusateur -, c’est lourd à porter« .

TVA Nouvelles, qui a rencontré un grand nombre de musulmans vendredi, stipule que tous les musulmans ont dénoncé sans hésitation la barbarie perpétrée par ces hommes, et avec qui ils disent ne rien partager.

Cependant, tout comme le plus grand nombre de la Oumma, ils affirment aussi être fatigués d’avoir à se dissocier des agresseurs chaque fois qu’un tel acte est perpétré à des milliers de kilomètres de chez eux.

Ils se disent également préoccupés par la radicalisation, mais estiment que les solutions existent pour la prévenir.

Selon Haroun Bouazzi, deux choses seraient indispensables, « premièrement, du côté des musulmans, il faut lutter contre le communautarisme, cette idée de s’enfermer sur soi et de rejeter le reste de la société. Et du côté de toute la société québécoise, il faut éviter l’exclusion des minorités musulmanes, et donc lutter contre l’islamophobie.« 

Source : 24HMontreal.canoe.ca