Quoi de neuf sur le boycott d’Israël ?

D’après Larédac’ à 17h00 le 31 Janvier 2013

Les boycotts contre l’État apartheid sont de plus en plus suivis grâce au travail acharné de plusieurs associations comme BDS ou collectifs (voir intifada76 qui font partie de ces gens qui donnent de leur temps pour la cause palestinienne) qui ne cessent d’informer et de prévenir les gens sur cette invasion de territoire illégale. Les boycotts se font surtout sur le commerce, incluant tous produits fabriqués sur les territoires occupés, mais pas que…

En décembre 2013, The American Studies Association (L’un des principaux syndicats américains de chercheurs et enseignants), qui compte 5000 membres, avait cité la violation du droit international et des résolutions de l’ONU par Israël. Cette violation fait partie des raisons pour lesquelles l’association appelée au boycott des institutions universitaires israéliennes.

L’association avait approuvé le boycott des institutions universitaires israéliennes lors d’un vote qui a eu lieu au cours d’une assemblée en décembre 2013.

Sur les 1,252 membres qui avait participé à ce vote, 66% ont voté en faveur du boycott. Le vote a été effectué via un boitier électronique.

La décision de boycotter ces institutions a été prise à l’unanimité par 20 membres du Conseil national de l’ASA. La direction de l’organisation a demandé l’approbation de 5.000 membres de l’organisme, ce qui avait été accordé.

« Le Conseil national a retenu et abordé les questions et préoccupations de ses membres au cours du processus. Durant la discussion ouverte lors de la récente convention, les membres nous ont demandé d’élaborer une résolution propre à l’ASA en particulier, et la résolution définitive du Conseil a reconnu que les États-Unis jouaient un rôle important pour que soit possible l’occupation israélienne de la Palestine. Les membres ont demandé des précisions sur la façon dont la résolution affecterait la possibilité pour des membres de l’ASA de s’engager avec leurs homologues en Israël, et donc le Conseil a développé les grandes lignes spécifiant qu’une collaboration en matière de recherches et publications avec les universitaires, à titre individuel, n’était pas visée par le boycott soutenu par l’ASA. »

Selon l’organisme, le boycott restera en vigueur tant qu’Israël «ne cessera pas de violer les droits de l’homme et la loi internationale». « Les Etats-Unis constituent le pire allié d’Israël puisqu’ils lui fournissent la majorité de son aide militaire et étrangère et apportent leur soutien politique à l’expansion des implantations », avait publié le syndicat dans un communiqué qui dénonce le rôle significatif de Washington dans les violations des droits des Palestiniens commises par le régime voyou et dans l’occupation des territoires, notamment grâce au droit de veto des Américains au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Bien sur comme pour les affaires de boycott économiques, Israël a immédiatement brandi le glaive de l’anti-sémitisme en la personne du président du Congrès Juif Mondial, Ronald S. Lauder, qui avait vivement réagi à cette nouvelle et avait dénoncé cette « dérive » du monde académique américain.

« Cette décision de boycotter Israël, l’une des démocraties et des nations les plus libres sur le plan académique dans le monde, montre l’antisémitisme orwellien et la dérive des syndicats étudiants américains », avait déclaré Lauder dans un communiqué.

Tous ces boycotts, intellectuels ou économiques, font de plus en plus de mal à Israël et surtout à ses colons. Il y a peu on entendait plusieurs responsables des colons demandaient gentiment de revenir à la raison.

Dans un article publié par France-Palestine du 14 janvier, on apprend que les colonies de la vallée du Jourdain commencent à souffrir des boycotts grâce au développement rapide de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

En effet, le revenu des colons agriculteurs dans la Vallée a chuté de plus de 14%, cette chute est en relation direct avec le boycott des produits des colonies par les chaines de supermarchés européens, en tête le Royaume-Uni et la Suède.

Sur cette situation, David Elhayani, dirigeant du Conseil régional de la Vallée du Jourdain qui représente approximativement 7000 colons, a déclaré que « les dommages sont énormes. En effet, aujourd’hui nous ne vendons quasiment plus aux marchés ouest-européens« .

Les colons vont même à dire que le boycott affecte aussi environ 6.000 Palestiniens qui travaillent dans les fermes des colonies. À cela, les responsables palestiniens ont répondu en affirmant qu’Israël avait écrasé tout développement économique palestinien dans cette Vallée et que sans la présence pesante de l’envahisseur, les Palestiniens pourraient créer des dizaines de milliers d’emplois une fois les territoires libérés.

Il nous faut continuer à informer la population sur cet État illégal, continuez de soutenir les différents collectifs et la campagne BDS. Les mythes qu’Israël serait le pays le plus démocratique du monde et le plus humain commencent à s’effriter.

Source : Info-Palestine, France-Palestine.