Rappel pour Ramadan

D’après Larédac’ à 17h25 le 29 Juin 2014

Allah dit dans le Coran : « O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam (le jeûne) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.«  (Sourate al-Baqara, 183)  

Les obligations concernant le jeûne sont les suivantes :

1) L’intention. A ce propos, le Prophète (SAW) a déclaré : « Celui qui n’a pas pris l’intention de jeûner pendant la nuit avant l’aube (le fajr) n’a pas jeûné.«  (Rapporté par Al-Bayhaqî et Ad-Dâraqutnî qui considérait que les transmetteurs du hadith sont dignes de confiance.)

2) Le fait de s’abstenir de manger, de boire et de relations sexuelles avant l’aube et jusqu’au coucher du soleil.

En voyage, il est possible de ne pas jeûner et de compter d’autres jours, comme l’indique clairement le Coran :

« Quiconque parmi vous est malade ou en voyage, (qu’il jeûne) un nombre égal d’autres jours. » (Coran, 2,184).

Abû Sa‘îd a dit : « Nous voyagions avec le Prophète (SAW) pendant le ramadan : personne ne reprochait au jeûneur son jeûne, ni ne reprochait à celui qui avait rompu son jeûne de l’avoir rompu.«  (Muslim)

Et une autre version : D’après Abû al-Dardâ’ Radi’Allahu Anha :

« Durant le mois de Ramadan, nous partîmes en voyage avec le Messager d’Allah Alayhi Salat Wa Salam sous une chaleur ardente, si bien que l’un de nous posait sa main sur sa tête tant la chaleur était intense. Il n’y eut, parmi nous, que le Messager d’Allah Alayhi Salat Wa Salam et ‘Abd Allah Ibn Rawâha qui jeûnèrent« . (Al-Bukhârî n°1945). 

Remarques :

 Peuvent être dispensés du jeûne :

a) Le voyageur et le malade : ils doivent rattraper les jours manqués comme nous venons de le voir ;

b) La personne âgée et celle atteinte d’une maladie chronique : elles doivent compenser chaque jour de jeûne manqué par la nourriture d’un pauvre.

c) La femme enceinte et celle qui allaite : selon les opinions et les écoles, elles devront soit compenser par la nourriture d’un pauvre chaque jour manqué (c’est l’avis de l’Imam Mâlik en ce qui concerne la femme qui allaite), soit rattraper le jeûne (école d’Abû Hanîfa), soit rattraper le jeûne lorsqu’elles ont peur pour leur propre santé (comme la personne malade), soit rattraper le jeûne et donner la nourriture d’un pauvre pour chaque jour manqué, si elles craignent pour l’enfant (Ash-Shâfi‘î et Ahmad).

Ne peuvent jeûner :

 a) La femme qui a ses menstrues ou ses lochies : elle doit rattraper les jours manqués ;

 b) La personne exerçant des travaux pénibles (comme par exemple celle qui est exposée continuellement à une forte chaleur) et dont la vie et la santé sont menacées par le jeûne : elle doit interrompre son jeûne avec l’intention de rattraper le jour manqué. Ce cas n’est envisageable que lorsque la personne voit sa vie en danger, et ne doit pas être interprété comme la possibilité de rompre le jeûne sous n’importe quel prétexte.