Réactions suite à l’annonce de la condamnation à mort de Mohammed Morsi

Les Etats-Unis ont exprimé dimanche leur « profonde préoccupation » après la condamnation à mort de l’ex-président égyptien Mohammed Morsi et de plus de 100 autres Egyptiens, a déclaré un diplomate américain.

« Nous nous sommes toujours élevés contre la pratique des procès de masse et des condamnations de masse, qui sont menés d’une manière qui est contraire aux obligations internationales de l’Egypte et au respect de la loi« , a-t-il ajouté sous le couvert de l’anonymat.

Notant qu’il s’agissait d’une condamnation préliminaire, le diplomate a ajouté que les Etats-Unis « continueraient à insister sur la nécessité d’une procédure équitable et de procédures régulières judiciaires pour tous les Egyptiens dans l’intérêt de la justice« . Tout en soutenant le « Président Maréchal » Al Sissi.

Le dirigeant du mouvement Ennahdha, Abdelfatteh Mourou, a indiqué que l’exécution de l’ancien président égyptien est inadmissible et elle ne fait que compliquer la situation politique en Egypte.

Le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi a indiqué sur les ondes de Mosaïque FM à l’occasion de la réunion de son parti à Hammamet que la condamnation à mort de l’ex-président égyptien constitue une persistance de l’oppression à l’encontre du premier président démocratiquement élu dans ce pays. Il a espéré que ce verdict sera révisé.

Lire aussi : Al-Sissi ou comment imposer la victoire par le sang

« L’Egypte revient à l’Egypte antique »

C’est ce qu’a déclaré samedi, le président turc à l’annonce de la condamnation à mort le matin même de l’ex-président Morsi. Recep Tayyip Erdogan n’a pas manqué de rappeler que Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte « avait été choisi par 52% des électeurs« , accusant l’Occident de « fermer les yeux » sur le coup d’Etat évident de 2013 ayant évincé Morsi du pouvoir au profit de l’ex général Abdel Fattah al-Sissi dit le « pharaon ».

Sur les réseaux sociaux les commentaires n’ont pas manqué, sa déclaration a été vue comme une fierté du monde musulman, pour d’autres comme le seul (il est vrai que c’est souvent le cas) à se soulever contre l’emprise sioniste dans la oumma comme dans celui-ci « Erdogan c’est le meilleur président du monde « musulman » c’est le seul qui ne mâche pas ses mots et qui ne courbe pas l’échine ! Les autres présidents devraient suivre son exemple ! Il faut réagir face à cette condamnation injuste« . Certains déclarant aussi qu’il a pris ses « responsabilités d’héritier de l’Empire islamique (Ottoman) » comme suit « le président Erdoğan prend ses responsabilités d’héritier de l’Empire Islamique (ottoman). Toute la Oumma doit le soutenir… » Malheureusement lorsqu’il s’agit de business, les gouvernants sont moins regardants….

Lire aussi : Erdogan versus the King Bibi – jeu de dupe…

Vidéo Afp : Erdogan dénonce un retour à l' »Egypte antique

A Gaza, Fawzy Barhoum, un porte-parole du Hamas, a vu dans ce verdict « la poursuite de la campagne de diabolisation » visant son mouvement, affirmant que plusieurs des accusés palestiniens étaient morts ou détenus dans les prisons israéliennes au moment des faits.

A lire : Al Sissi confirme son dessein pour les Frères musulmans (Mai 2014)

L’ex-président Morsi n’a pas été condamné seul, une centaine d’autres accusés pour des évasions de prison et des violences durant la révolte populaire de 2011 contre Hosni Moubarak ont été également condamnés samedi en première instance.

Pour rappel, parmi les dizaines de personnes condamnées à la peine capitale, figure le guide suprême de la confrérie des Frères musulmans de M. Morsi, Mohamed Badie. Ces condamnations doivent encore recueillir l’avis, non contraignant, du mufti d’Egypte avant d’être confirmées ou infirmées le 2 juin prochain.

L’autre front de la critique est issu des défenseurs des droits de l’homme. Amnesty International a en effet estimé que le verdict relevait d' »une parodie de justice fondée sur des procédures nulles et non avenues« , et a demandé à ce que l’ex-président bénéficie d’un nouveau procès, devant une instance civile. La peine de mort est devenue « l’outil de prédilection des autorités égyptiennes pour éliminer l’opposition politique« , poursuit l’organisation alors que le pouvoir mène une répression sanglante contre les Frères musulmans. Des centaines d’opposants ont été condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs et qualifiés par l’ONU de « sans précédent dans l’Histoire récente » du monde.

Le risque du « martyre »

Il est des dates qui font sens. Le 2 juin était déjà la date fixée en 2012 pour le verdict dans le procès de Hosni Moubarak ! (mais aussi prosaïquement la fête de martyre la plus connue des Français, Blandine était jeune esclave qui faisait partie d’un groupe de 48 chrétiens arrêtés sous le règne de Marc-Aurèle en raison de leur refus de participer au culte impérial…)

Lire aussi : Massacre des pro-Morsi et les Émirats Arabes Unis soutient le Caire (2013)

Le « Président Maréchal » Al Sissi, avec sa volonté d’éradiquer les Frères Musulmans, prend le risque de faire de ses plus dignes représentants des « Martyres », et ainsi alimenter la mythologisation de la martyrologie, dont fait déjà preuve les Frères Musulmans avec les figures de Hassan Al-Banna et Sayyid Qutb…

Le travail a déjà commencé sur le réseau social Tweeter où des hashtags au nom de Morsi comme #MohamedMorsipresidentlegitime ou #JesoutiensMohamedMorsi ont été mis en place. Un tweetstorm pour dénoncer sa condamnation a aussi été lancé et relayé par plusieurs médias musulmans. Une page Facebook « Je suis Morsi » fait également partie de ce processus.

« La condamnation de Morsi traduit la vraie réalité de l’empire sioniste qui dirige le monde par procuration. Aux résistants, seuls deux choix s’offrent : Où vs êtes soumis et dociles en livrant vos peuples à la domination et à l’exploitation de l’empire démoniaque où vs passez à la potence. Morsi, à l’instar de Kadhafi, Patrice lumumba, Thomas Sankara, a choisi la potence avec toute sa dignité d’africain !Il a choisi l’immortalité dans les plus belles pages de l’histoire à la trahison et à la lâcheté ! » peut-on lire entre autres dans un commentaire posté par un internaute.

Mais tout cristalliser sur un seul « NOM », sur un seul homme n’était-il pas dangereux ? Oublie-t-on les milliers d’anonymes morts pour la même cause que Mr Morsi ? Et quand est-il de tous ceux qui luttent dans le silence et dans l’ombre ? Ou bien est-ce que le nombre pense que sa condamnation à mort représente symboliquement celle des autres ? Ou Mr Morsi a-t-il été choisi pour endosser le rôle de martyr de la « résistance » ? Et dans ce cas, qui choisit le protagoniste pour ce rôle ? La Confrérie et ses ramifications à travers le monde ? Ou est-ce peut-être nous-mêmes avec de bonnes intentions ?

A Lire : 22 Frères musulmans dont le guide suprême condamnés à mort

Ainsi ajoutant Mohammed Badie (qui d’ailleurs n’a pas eu le droit à autant d’attention et d’intentions) et Mohammed Morsi à cette liste ; les Frères Musulmans n’ont plus que peu de solutions devant eux : Raser les murs et se faire discret, proche de l’invisible, en somme de retourner à la clandestinité et d’être patient en se re-connectant sur la toile d’associations que l’on trouve disperser à travers le monde (de la Syrie, Le Qatar en passant par la France, la Grande Bretagne, ou les USA, ses ramifications sont extrêmement nombreuses et diversifiées….)… Mais cela reste incertain, vue les déboires que l’organisation a connue dans divers pays..… ou alors de se révolter encore tout en risquant cette fois-ci la disparition définitive de la terre d’Egypte… Car le « pharaon » Al Sissi compte bien tenir sa promesse d’éradiquer la Confrérie….

Lire aussi : Qatar : Les Frères Musulmans ne sont plus les bienvenus sur le territoire

Sources : Afp, reuters, Nil Tv, Mosaïque FM, Agence Anatolienne, L’orient le Jour