Reims : des pâtisseries pour créer des liens sociaux

D’après Hamzatou à 20h09 le 1er Août 2013

Des associations musulmanes de Reims ont distribué mercredi soir aux passants du centre ville des pâtisseries orientales afin de « créer du lien social » après plusieurs agressions récentes contre des femmes portant le foulard.

« Nous avons été fortement choqués par ces agressions et nous voulions créer du lien social en offrant simplement à nos concitoyens non-musulmans des pâtisseries et du thé », a expliqué à l’AFP Ahmed Elmcherfi, porte-parole du Collectif contre l’islamophobie à Reims.

En début de soirée, sur une des places centrales de Reims, plusieurs jeunes femmes musulmanes portant le hijab (foulard islamique) sont allées au devant des passants pour leur offrir des pâtisseries orientales et les inviter à boire le thé à la menthe servi sous une petite tente.

Dans une ambiance conviviale, des dizaines de Rémois et quelques touristes de passage ont pu déguster des spécialités turques et maghrébines en échangeant avec les organisateurs de la manifestation.

« Pour les musulmans pratiquants, le jeûne ne pourra être rompu que ce soir, mais le mois de ramadan est une période de partage avec tout le monde, c’est ce que nous voulons montrer », a précisé M.Elmcherfi.

En juillet à Reims, quatre femmes portant le hijab avaient porté plainte pour des agressions verbales ou physiques dont une jeune musulmane frappée au visage et blessée par un objet coupant par son agresseur qui aurait tenté précédemment de lui arracher son voile, selon sa déposition.

Parmi ces plaintes examinées par la justice, une donnera lieu au renvoi devant le tribunal correctionnel le 12 novembre d’un homme de 26 ans, soupçonné d’avoir menacé de mort et insulté deux femmes voilées qui faisaient leur jogging. 

« Pour les deux autres plaintes, l’enquête préliminaire se poursuit », a-t-on indiqué au parquet de Reims.

En juin, c’est une jeune femme d’origine turque qui avait porté plainte après avoir été prise à partie par un jeune homme mineur qui, selon elle, l’avait insultée en raison de son foulard.

A l’issue de sa garde à vue, le mineur avait cependant été relâché sans suite judiciaire.

Selon l’observatoire national contre l’islamophobie, une composante du CFCM, les actions et menaces islamophobes en France ont enregistré une hausse globale de 35 % au premier semestre 2013, par rapport à la même période en 2012.

Source : LeParisien, AFP