Retour sur « l’affaire Maxence Buttey »

D’après larédac’ à 17h07 le 09 Novembre 2014

Dans un article d’un certain Lionel Humber, pour le « Journal » Minute (tendance claire de la droite extrême), paru le 29 octobre 2014, on nous explique ce qui a été nommée « L’affaire Maxence Buttey ».

Pour l’auteur de l’article, le fait que ce jeune élu local Frontiste (Tête de liste, et 22ème colistier de Aymeric Chauprade) se soit convertie à l’Islam, est la preuve flagrante de « l’islamisation » de la France (comme ci cela s’agissait d’une invasion « barbare »).

– « L’histoire pourrait être traitée rapidement et analysée comme l’errance personnelle d’un élu sur les quelque 1 500 conseillers municipaux de compte le FN. En réalité, cette conversion, en particulier dans les réactions qu’elle suscite, révèle certaines tensions idéologiques et le manque de clarté de certains dirigeants du FN sur l’islamisation de la France » écrit-il en tête de son article.

Ce Lionel Humber, insiste sur son inquiétude qu’un jeune homme de 22 ans « français de souche«  soit devenu musulman et nous fait un raccourci, des plus douteux, avec « le cadre des départs de jeunes Français pour le djihad en Syrie ou en Irak« .

Faisant croire ainsi que ce phénomène serait déjà arrivé au sein du FN.

Ce qui devrait logiquement interroger, de façon raisonnée et honnête, les membre du Parti de Marine Le Pen.

Lionel Humber reproche à Maxence Buttey d’avoir fait campagne, a posteriori, auprés de communauté musulmane.

Les élections européennes et Maxence Buttey (FN), Coupure de presse pour les élections européennes – Liste Chauprade

On apprend également que la conversion de Maxence Buttey, était connue depuis plusieurs mois, selon Jordan Bardella (19ans et secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis), qui déclara au journal Métro « ..Mais je considère que le mail envoyé à plusieurs responsables est prosélyte« , dans ce mail contenait la vidéo « les miracles du Coran » que Maxence a envoyé à plusieurs responsables départementaux du FN…

L’enthousiasme et ledit « prosélytisme » de Maxence Buttey semblent déranger les membres du FN, par contre celui des Témoins de Jéhovah, des Mormons … ça non ! Mais il est vrai que le Front National et les sectes font bon ménage, en effet, il y a quelques années la Secte Moon* avait aidé financièrement le Front

Mais cette affaire fut mise sur la place publique par un ancien élu du Parti Radicale (de Borloo) et aujourd’hui membre du bureau département du FN à Saint-Denis

Le journaliste de Minute s’étonne et reproche au FN sa non réaction aux doutes qu’aurait émis Maxance Buttey sur les versions officielles des attentats du World Trade Center du 11 septembre 2001 et le « flou autour de l’affaire Merah« . La relative explication, qu’il qualifie « d’impasse du relativisme« , de Gaëtan Dussausaye (nouveau directeur national du FNJ sur France 3 : Maxence Buttey (élu municipal) exclu du FN après sa conversion à l’Islam

Pour Lionel Humber, tout cela revient à une erreur, voir une hérésie du FN de considérer la nationalité comme une simple formalité administrative ! Faut-il comprendre que pour ce monsieur : musulman pas français ?

Il en profite pour s’attaquer et reprocher à Florian Phillipot et autres pour leur semblant de tolérance, car pas assez assimilationniste à ses yeux et faisant un constat des plus hasardeux en parlant de la Seine-Saint-Denis en disant que les gens auraient fui « lassés de devenir étrangers sur leur propre terre«  et que si un département n’arrive pas à constituer des listes « c’est sans doute parce qu’il ne reste plus beaucoup de français pour aller se porter candidats« .

Pour lui le Front National est timoré voire laxiste … Par contre il nous cite 2 « exemples » qui à ses yeux sont apparement dns ses critères : Karim Ouchikh (ancien socialiste, proche de Marine Le Pen, Président du Siel ; le site riposte laïque en fait la promo…) et de Charlotte Soula, qui fut chef de cabinet de Marine Le Pen… Tous deux convertis au catholicisme ; donc de très bon français pour monsieur Lionel Humbert, donc pour Minute ….

Une fois n’est pas coutume, l’extrême droite joue sur la peur de l’islamisation de la France et considère toute personne trouvant sa voix dans l’Islam comme déviant et non conforme à la république, en gros t’es pas dans la norme « couscous pinard« , t’es pas le bienvenu !

———————–

*Association du Saint-Esprit pour l’unification du christianisme mondial (dite secte Moon) ; fondée par Yong Myung Moon, appelé couramment Sun Myung Moon. Certains de ses adeptes voient dans ce nom l’action de Dieu, puisque « sun » est le nom anglais pour soleil et « moon » celui pour lune.

C’est le 27 janvier 1951, à Séoul, qu’il fonde, sous une première forme, l’Association pour l’unification du christianisme mondial qui se développe rapidement dans le sud. Là également, Moon est arrêté deux fois pour adultère, bigamie et rites sexuels. Ce n’est que le 1er mai 1954 que Moon organise définitivement et crée officiellement sa Segye Kidokyo Tongil Shillyong Hyophwe, nom coréen de l’Association du Saint-Esprit pour l’unification du christianisme mondial, à Séoul, pour mettre fin « aux souffrances de Dieu et de l’humanité« .

Son ouvrage « Les Principes Divins » paraît sur 415 pages, en 1957. L’Association compte cette année-là déjà 30 églises locales. Moon parcourt le Japon et les États-Unis, recherchant toujours la volonté de Dieu. En 1958, il envoie les premiers missionnaires au Japon, l’année suivante aux États-Unis. En 1960, il répudie sa quatrième femme et épouse, le 16 mars, Hak Ja Han, une jeune étudiante qui lui donnera par la suite une douzaine d’enfants.

À partir de 1965, Moon organise de vastes campagnes à travers le monde. Il visite personnellement une quarantaine de pays. Ces campagnes sont intensives aux États-Unis en 1965, 1967, 1972 et 1974. À côté de son activité spirituelle, il lutte contre le communisme. En 1967, il crée la Fédération internationale pour la victoire sur le communisme.

Moon s’installe définitivement aux États-Unis en 1972. Moon retourne en Corée. À Séoul, il célèbre un mariage collectif solennel pour 1 801 couples, le 8 février 1975. Il y lance, devant plus d’un million de personnes, un appel à l’union de toutes les religions qui croient en Dieu contre les communistes sans Dieu.

Infatigable, Moon continue sa tournée dans 26 pays.

Le 18 décembre 1975, Moon est invité par le Congrès des États-Unis. Devant 150 personnalités, il dévoile le plan de Dieu pour l’Amérique. Il n’y a plus de doute: Moon est le messager de Dieu pour mettre l’Amérique en alerte et pour la stimuler en vue de l’évangélisation du monde.

Tout au long de son existence, Moon a souvent eu des démêlés avec la Justice, le plus souvent pour fraude fiscale. Nous nous souvenons tous des procès retentissants du 30 avril 1981 en Grande-Bretagne, du 16 juillet 1982 aux États-Unis, du 20 juillet 1984 et du 21 avril 1986 en France, du 7 novembre 1991 en Suisse. ..

Moon lance également de nombreuses associations; en 1980, c’est la Confédération d’Associations pour l’Unification des Sociétés Américaines (CAUSA), dix ans plus tard, c’est la Fédération inter-religieuse pour la paix mondiale. ..

Il crée également un certain nombre de journaux, comme le New York City Tribune, le 31 décembre 1976, qui a cessé de paraître le 3 janvier 1991, alors que son Washington Times paraît toujours.

Sa visite aux personnalités politiques se poursuit. Le 11 avril 1990, Moon rencontre Gorbatchev. Il se rend du 30 novembre au 7 décembre 1991 à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord, où il est reçu par le président Kim II Sung.

Dans leur livre de référence paru au Seuil en 1994, intitulé Le Pen biographie, Gilles Bresson et Christian Lionet recueillent le témoignage de Pierre Ceyrac (l’homme qui fit le lien entre la Secte et le Front). « En 1985 (…), j’ai rencontré Le Pen (…). Il ne connaissait pas l’enseignement du révérend Moon, mais il n’était pas effrayé ou offusqué. Au contraire, il s’est montré curieux. J’ai apporté mon carnet d’adresses, des ouvertures dans le monde entier. Cette ouverture intéressait Le Pen. Moi, en tant que mooniste, ce qui m’intéressait au FN, c’était une ouverture sur la scène nationale. »