Syrie : Assad participe à la prière du ‘id et six enfants sont morts dans des bombardements sur Alep

D’après Larédac’ à 13h36 le 29 Juillet 2014

Six enfants morts dans des bombardements et des barils d’explosifs pour le ‘id

Au moins quinze civils, dont six enfants, ont péri dans des bombardements nocturnes aériens de l’armée syrienne et des tirs d’obus des rebelles à Alep. « Au moins neuf civils, dont trois enfants, ont été tués dans la nuit par deux barils d’explosifs sur le quartier (rebelle) de Chaar dans l’est d’Alep« , selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui évoque un bilan provisoire en raison du « grand nombre de blessés graves« . 

Selon cette ONG qui se base sur un large réseau de sources civiles, médicales et militaires à travers la Syrie, six autres civils, dont trois enfants et une femme ont été tués lorsque des obus de mortier tirés par des rebelles se sont abattus sur le quartier de Jabiriyé, sous contrôle du régime.

Des obus sont tombés en matinée sur la capitale, et notamment sur Mouhajirine, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Pour Aid al Fitr des barils explosifs : داعل :: استخراج الجرحى من تحت الركام نتيجة القصف بالبراميل المتفجرة 28-7-2014

Depuis 2012, Alep, deuxième ville du pays et autrefois sa capitale économique, est divisée entre des secteurs ouest contrôlés par les troupes du régime et des quartiers est aux mains des rebelles, soumis à des bombardements aériens quotidiens qui ont fait des centaines de morts cette année malgré les protestations internationales. 

Les rebelles mènent de leur côté des attaques au mortier sur les secteurs ouest. Le conflit en Syrie est devenu de plus en plus complexe avec la multiplication des fronts à travers le pays.

La guerre a fait plus de 170 000 morts et jeté hors de chez elles plus de neuf millions de personnes.

Assad à la prière d’Al-Fitr malgré les tirs de mortier

Le président syrien Bachar al-Assad a participé lundi, malgré des tirs de mortier, à la prière de la fête d’Al-Fitr marquant la fin du mois béni, dans une mosquée de Damas.

La télévision syrienne a montré l’arrivée de M. Assad à la mosquée d’al-Kheir, à Mouhajirine, un quartier du nord-ouest de la capitale, où il habite. Il a été accueilli par le mufti de Syrie Mohammad Badredinne Hassoun.

A l’issue de la prière, des dizaines de fidèles se sont précipité sur Bachar al-Assad pour le saluer et certains lui ont serré la main, selon les images diffusées par la télévision.

L’imam de la moquée, Mohammad As-Sawan, a déclaré dans son sermon à propos de la guerre qui a fait en trois ans plus 170.000 morts : « 1.300 jours de crise sont passés sur notre pays, 1.300 jours de moments difficiles, de complots des ennemis et de déceptions de la part de nos frères et amis« , en allusion aux pays arabes qui soutiennent les rebelles.

« Les ennemis de notre nation ont crée le chaos à travers le faux printemps arabe » et ils ont incité « à la sédition les fils de la même nation » arabe, a-t-il ajouté.

Le régime d’Assad n’a jamais reconnu la contestation dans le pays, l’assimilant à du « terrorisme » financé par l’étranger, notamment les pays du Golfe.

« Un monstre est né de ce chaos. Ce sont les mouvements terroristes qui disent représenter le projet islamique mais qui sont en fait les ennemis de la civilisation et sont financés par le pétrole et les dollars. Ils sèment l’ignorance et coupent les têtes« , a-t-il encore dit.

Source : Afp, Reuters, OSDH, agence Sana, Russia Today, L’orient le Jour