Syrie : Manifestation demandant le départ de l’EI

D’après Larédac’ à 18h14 le 07 Septembre 2014

Les combattants de l’État dit « islamique » (EI) ont exécuté vendredi un jeune homme dans une ville de l’est syrien à la suite d’une rare manifestation qui avait rassemblé des centaines de personnes réclamant leur départ, a rapporté une ONG syrienne. La ville d’al-Achara, située dans la province de Deir Ezzor majoritairement contrôlée par l’EI, avait été touchée jeudi par plusieurs raids de l’armée syrienne, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Ces frappes ciblaient les combattants de l’EI mais ont tué huit civils, dont deux enfants, provoquant la colère des habitants qui se sont réunis dans la soirée devant le siège de l’EI pour réclamer le départ de ce groupe ultra-radical, selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. En réponse à cette manifestation, les combattants de l’EI ont ouvert le feu et enlevé plusieurs jeunes manifestants, selon l’OSDH et des militants. Vendredi, l’un d’eux a été exécuté puis crucifié en public par les djihadistes, qui l’ont accusé « d’hérésie et d’apostasie« , rapporte l’OSDH.

Les ex-rebelles devenu des combattants de l’EI « l’ont exécuté publiquement pour terroriser la population et la décourager d’entreprendre toute action contre eux« , a affirmé Rami Abdel Rahmane, selon qui le jeune homme « n’avait rien à voir » avec la manifestation. L’OSDH a dénoncé à plusieurs reprises la campagne de l’aviation syrienne qui cible ces dernières semaines les localités tenues par les djihadistes dans le nord et l’est syrien et fait, selon eux, de nombreuses victimes civiles.

La manifestation de jeudi avait « débuté avec les funérailles des victimes [du raid aérien] auxquelles près de 300 personnes participaient« , a expliqué Rayan al-Furati, un militant de Deir Ezzor joint par Internet. La foule « a ensuite commencé à manifester, réclamant à l’EI de quitter al-Achara« , a-t-il poursuivi, en assurant que les méthodes de l’EI étaient extrêmement impopulaires dans la ville. La terreur dissuade cependant les habitants d’entreprendre une quelconque action contre ces djihadistes, a-t-il ajouté.

« Pas un seul jour ne se passe sans qu’une exécution soit commise dans la province de Deir Ezzor« , a précisé ce militant, s’exprimant sous un pseudonyme. L’EI a proclamé fin juin un « califat » sur les territoires qu’il contrôle à cheval sur la Syrie et l’Irak.

Source : Afp, Reuters, OSDH, Agence Sana, L’Orient le Jour