Syrie : Une attaque d’obus sur l’opéra de Damas a fait deux morts

D’après Laredac’ à 11h30 le 09 Avril 2014

Deux personnes ont été tuées dimanche par la chute d’obus de mortier sur la capitale syrienne, dont l’un sur l’opéra de Damas, a indiqué l’agence officielle Sana.

« Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées par la chute d’un obus sur l’opéra de Damas qui a causé des dégâts matériels à l’édifice« , a précisé l’agence.

Situé sur la place des Omeyyades, (ouest) où se trouvent d’importants bâtiments gouvernementaux et militaires, comme l’état-major de l’armée, l’opéra a été inauguré en 2004 par le président Bachar al-Assad.

Trois autres personnes ont été blessées par la chute d’obus dans le quartier des Abbassides, dans le nord-est de la capitale, poursuit Sana, attribuant ces attaques à des « terroristes », terme désignant les rebelles dans le vocabulaire officiel.

Samedi, des obus de mortier s’étaient abattus près de l’ambassade de Russie à Damas et des centres de sécurité, sans faire de victime, avait indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Depuis quelques jours, les tirs d’obus attribués aux rebelles se sont intensifiés. Selon l’OSDH, ils ont fait 22 blessés vendredi.

Ces attaques interviennent alors que les forces du régime continuent de pilonner les secteurs rebelles dans la Ghouta orientale, près de la capitale.

Heurts dans un camp de réfugiés syriens en Jordanie, un mort

Un réfugié syrien a été tué et beaucoup d’autres ont été blessés samedi dans des affrontements avec les forces de l’ordre au camp jordanien de Zaatari, rapportent des témoins. 

Aux jets de pierres, les forces anti-émeutes ont riposté à coups de matraques et de grenades lacrymogènes pour disperser les réfugiés qui avaient mis le feu à des locaux administratifs et à des caravanes. 

La police a imputé les troubles à des agitateurs interpellés alors qu’ils cherchaient à fuir le camp, où vivent 70.000 personnes. Les autorités font état de 22 blessés dans les rangs des forces de l’ordre, mais nient tout décès.

Les heurts ont éclaté lorsqu’un agent de sécurité jordanien en voiture a renversé un enfant de 4 ans, qui a été grièvement blessé, selon les témoins. 

Les réfugiés manifestaient quasi-quotidiennement pour dénoncer leurs conditions de vie lorsque le camp a ouvert, il y a près de deux ans, non loin de la frontière syrienne, mais l’intervention des agences humanitaires de l’Onu a depuis ramené le calme. 

Sur les 2,5 millions de réfugiés syriens recensés par les Nations unies, 600.000 vivent en Jordanie. Les autres se trouvent pour l’essentiel en Turquie et au Liban.

Source : Afp, Agence Sana, OSDH