Témoignage : jupe longue ou un short, la laïcité a choisi pour vous !

D’après Hamzatou à 21h28 le 29 Septembre 2013

Les abus de pouvoir avec pour prétexte la laïcité sont nombreux et dans tous les domaines de la vie sociale française, l’école n’étant pas épargnée par cela. Même un simple bandeau et une peau un peu typée et notre bandeau passera pour un signe religieux, un jupe un peu trop  longue et cela passera pour un signe religieux. 

Ce genre de fait a été vécu par un grand nombre d’élèves musulmans, surtout les jeunes filles depuis la loi sur la laïcité. Une nouvelle jeune fille a subi les dérives de cette loi, en effet une élève de troisième, étudiante en esthétisme, ne peut plus étudier à cause d’une simple robe longue de couleur noire. Qu’elle est cette incohérence ! La jupe longue est-elle plus importante que l’éducation ? Faut-il obligatoirement montrer string et décolleté pour pouvoir entrer dans une école et avoir le droit d’étudier ? Pour nous une injustice, pour les laïcars une normalité. Mais où est l’égalité tant rechercher par la démocratie si un bout de tissu a pour vous plus de valeur que vos principes fondamentaux.

La jeune étudiante nous raconte son histoire :

« Jeudi 26 septembre 2013 à 8h30 je me suis rendue à mon CFA à Élancourt Maurepas, où je passe un CAP esthétique.

En dehors du lycée, je porte le jilbab mais je le retire avant d’entrer au lycée comme il est stipulé dans la loi.

Arrivée dans l’enceinte du lycée, j’étais vêtue d’un col-roulé, d’un haut beige rayé et une longue jupe noire comme celles qui se vendent au marché.

Dès que la CPE de l’établissement m’a vue, elle a directement vociféré que je ne rentrerai pas ici habillée de la sorte, alors que ma tenue ne véhiculait en rien l’Islam.

Ce à quoi j’ai répondu que je n’avais rien fait, je ne voyais pas en quoi ça dérangeait.

Elle m’a ensuite convoquée dans son bureau, la directrice lui a dit qu’elle pourrait me prêter un “short” à la place.

La CPE a alors dit que soit je mettais un short soit elle me renvoyait de l’établissement, ce qu’elle a fait.

Ensuite elle a appelé ma mère et lui a dit que je ne devais pas m’habiller ainsi qu’un jean aurait été mieux car nous allions faire une sortie.

Cependant, aujourd’hui une autre fille non-musulmane avait la même jupe en rose et d’autres non-musulmanes en portent des noires mais elles ne posent pas de problème.

J’ai déjà eu une altercation avec elle car j’avais mis mon jilbab lors d’une sortie au parc Astérix avec des classes du lycée.

Comme je ne suis voilée que depuis quelques mois, je pense que c’est parce qu’elle sait que je porte le voile en dehors de l’établissement qu’elle m’a renvoyée pour une simple jupe noire achetée au marché. »