Timeline photo : 2016 morts depuis le 08 juillet 2014

D’après Larédac’ à 12h10 le 21 Août 2014 

Photo AFP : Plus de 2.000 Palestiniens ont été tués durant le conflit déclenché début juillet par l’état zionite dans la bande de Gaza, a indiqué lundi le ministère de la Santé à Gaza.

Selon le ministère, parmi les 2.016 Palestiniens tués, 541 sont des enfants et 250 des femmes. Ce nouveau bilan inclut des Gazaouis ayant succombé à leurs blessures dans des hôpitaux à Gaza et à l’étranger, a précisé le ministère.

« Petite écolière palestinienne », poème de Mostafa HOUMIR aux martyrs de Palestine 

« Je t’ai vue à la télé

Et j’ai perdu toute envie

Envie de manger, envie de boire

Envie d’espérer, envie de croire

Envie de sourire, envie de rire

Envie de respirer, envie de vivre

Tu cours comme une folle

Les yeux hagards

Tu cours au hasard

Egarée, perdue dans la foule

Au milieu de la fumée et de la houle

Dis-moi, petite fille

Qui a allumé l’apocalypse ?

Les obus, les bombardements

La souffrance, les hurlements

Le déchirement, les gémissements

Le feu, le sang

La poussière, l’affolement

La mort !

Tu cours…

Dévorée par la ville

Ville en flammes, ville en cendres

Ville en deuil, ville en cadavres

Ville en linceul, ville en désespoir

Ville maudite, ville cimetière

Ville désert, ville enfer

Ville cercueil, ville tombeau

Ville fantôme, ville corbeau

Ville ténèbres, ville sarcophage

Ville asphyxie, ville mirage

Ville génocide, ville macabre

Ville folie, ville peur

Ville panique, ville terreur

Dis-moi, petite écolière

Comment le jour devient-il nuit ?

Non, la cloche n’a pas sonné

Le cours d’arabe n’est pas fini

Le tableau n’est pas effacé

C’est la sirène d’alarme qui a retenti

Ce sont les obus qui ont rugi

Ce sont les balles qui ont sifflé

Ce sont les bombes qui ont grondé 

Ce sont les chacals qui ont hurlé

C’est la mort qui a frappé

Il faut fuir, se cacher

Chercher un abri

Un espoir de survie

Dis-moi, petite fille

Pourquoi cours-tu ainsi ?

Peux-tu voler

Survoler cette ville noire

Trouver refuge dans les nuages

Et ne plus avoir peur ?

Dis-moi,petite fille

Peux-tu prendre un train

Un bateau, un avion

Un vélo, un camion

Et fuir cet enfer

Aller loin, aller ailleurs

Te réveiller enfin de ce cauchemar ?

Dis-moi, petite fille

Peux-tu fermer les yeux

Et rêver d’une vie autre

D’un autre rêve

D’une colombe, d’une oasis

D’un jardin édénique

D’un enfant du paradis

Qui viendra déposer sur ta joue

Un baiser angélique

Qui te prendra par la main

Et te guidera vers demain ?

Dis-moi, petite fille

Trouveras-tu encore ta maison à sa place

Ou le cratère d’un obus à sa place ?

Trouveras-tu ta mère dans sa cuisine

Ton père rentrant de son usine

Le chat de la voisine

Ton grand-père jouant aux dames

Avec les vieux du quartier

Ton frère jouant à la guerre

Dans la boue et la poussière

Du bidonville ?

Dis-moi, petite fille

Trouveras-tu encore ta chambre

Ta poupée

Ton oiseau

Tes jouets

Et l’olivier du verger ?

Ou de la fumée noire

Le spectre de la mort

La désolation de la guerre

Et la haine des hommes ?

Dis-moi, petite fille

Arriveras-tu chez toi cette fois

Ou trouveras-tu la mort

Au coin de la rue ?

Dis-moi,petite fille

As-tu envie de rester en vie

Assez longtemps pour devenir mère

Et offrir à ta terre

Un enfant pour qu’il la libère?

Dis-moi, petite fille

As-tu peur de mourir ?

Non, tu ne mourras pas ce matin

Ni ce soir, ni cette nuit, ni demain

Tu ne mourras point !

Tu es la Palestine de demain

Donne-moi ta main

N’aie pas peur, petite écolière

N’aie pas peur, petite soeur

Tu es plus forte que la mort

Cours, cours !

Tant que battra ton coeur

Palestine vivra

Palestine sera !