Timeline photo : Une réfugiée syrienne mendit pour la survie de ses enfants

D’après Larédac’ à 14h45 le 23 Avril 2014 

Une réfugiée syrienne, avec ses enfants, réduite à la mendicité sur le trottoir d’Istanbul. Photo de Bulent Kilic / AFP 22-04-2014 

Poème de l’écrivain Elhadj Abdelhamid : « La mendiante »

« Sous le portique du temple 

Elle avait déplié sa robe brunie Pudeur nécessaire au seuil sacré Pour cacher ses jambes nacrées Rescapées de ses vingt ans mal accomplis 

Elle s’est assise auprès des âmes charitables 

Et,de guerre lasse, avait déposé son ballot et son orgueil affameur, Elle a tendu sa main au coeur des prieurs qu’elle espère adouci 

Par le sermon du Vendredi. 

Les proches sont tous partis, les amis aussi 

Seule, elle choisirait l’envol au ciel Mais l’ange sans ailes, vestige d’un amour lointain 

Se réveille sur les genoux du corps trahi et crie famine, 

Les regards furtifs s’éloignent, Pressés de rejoindre la table opulente. 

Mais Dieu voit tout, 

L’ange qui pleure et les faux prieurs 

Qui fuient son regard. »

Qui est Elhadj Abdelhamid ?

Elhadj Abdelhamid est né le 27 Mai 1956 à Dar-El-Caïd (en Algèrie), entre Baudens et Ténira dans la maison de son grand-père, Belarbi, fusillé avec son frère le 14 Janvier 1957. Baudens porte aujourd’hui son nom.

Elhadj Larbi, l’autre grand-père, est le premier imam de Ténira, mort en 1939; il a légué à sa descendance un somptueux Coran, écrit de sa main à la plume de roseau ( klom ) avec des couleurs .

Le père, Elhadj Boubekeur, membre del’Association des Oulémas au début des années 40, détenu en 1957, est nommé, à l’indépendance, Vice-Président de la Délégation Spéciale de Ténira de 1962 à 1965. Postier à Sidi Bel-Abbès.

Son oncle Elhadj Mohamed, membre de l’ALN, magistrat, avait son cabinet dans les années 70, rue de Gambetta à l’ancienne boutique « La Princesse ».

Le plus jeune oncle Elhadj Houssine était un meneur de la grève du lycée Laperrine le 19 Mai 1956, officier de l’ALN, ancien membre d’un Gouvernement ( mort le…19 Mai 2010 et enterré à …Sidi Ferruch ! ).

Elhadj Abdelhamid a été un chroniqueur libre pour Le Quotidien d’Oran et La Voix de l’Oranie.