Tunisie : Manifestation et démission du Premier ministre Ali Larayedh

D’après Larédac’ à 19h00 le 09 Janvier 2014

Le Premier ministre tunisien Ali Larayedh a annoncé avoirremis, ce jeudi 9 janvier 2014, sa démission au président Moncef Marzouki, conformément à un accord destiné à sortir la Tunisie d’une longue crise politique. | AFP / Fethi Belaid

Le Premier ministre tunisien Ali Larayedh était appelé à démissionner aujourd’hui jeudi pour laisser la place à un cabinet d’indépendants, tandis que le pays est une nouvelle fois déstabilisé par des conflits sociaux, émaillés de heurts, en raison de nouvelles taxes. Et c’est ce qu’il a fait.

«Comme je m’y étais engagé il y a un moment (…) je viens de présenter la démission du gouvernement», a-t-il dit lors d’une conférence de presse. 

«Le président m’a chargé de poursuivre la supervision des affaires du pays jusqu’à la formation du nouveau gouvernement présidé par Mehdi Jomaâ», a-t-il précisé. 

Ministre de l’Industrie sortant, M. Jomaâ a été choisi en décembre par la classe politique pour succéder à Ali Larayedh pour former un gouvernement d’indépendants et conduire le pays vers des élections en 2014.

La formation tard mercredi soir de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), condition clé pour le départ du pouvoir du parti Ennahda, a ouvert la voie à la démission de M. Larayedh et son remplacement, sous 15 jours, par son ministre de l’Industrie, Mehdi Jomaâ qui devra former un gouvernement d’indépendants.

Le puissant syndicat UGTT, principal médiateur de la crise politique déclenchée en juillet par l’assassinat de l’opposant Mohamed Brahmi, a souligné à maintes reprises que le Premier ministre avait jusqu’à jeudi pour remettre sa démission au président Moncef Marzouki.

Ni la présidence, ni la primature n’avaient fait d’annonce jeudi matin sur le sujet, alors que ces derniers mois de multiples calendriers de ce type ont été reportés.

Parallèlement, la Constituante doit reprendre l’examen article par article du projet de Constitution, que la classe politique s’est engagée à adopter avant le 14 janvier, 3e anniversaire de la révolution qui déclencha le Printemps arabe. 

Élue en octobre 2011, elle devait achever sa mission en un an, mais le processus a été ralenti par un climat politique délétère, l’essor de groupes « jihadistes » armés et des conflits sociaux.

Ces diverses procédures et tractations politiques destinées à sortir la Tunisie d’une profonde crise déclenchée par l’assassinat d’un opposant en juillet interviennent alors que les mouvements sociaux, parfois violents, se multiplient à travers le pays depuis le début de la semaine. 

L’un des catalyseurs du mécontentement est l’entrée en vigueur d’une série de taxes sur les moyens de transports privés et professionnels.

Depuis le début de la semaine, les régions intérieures, les plus pauvres du pays, ont été le théâtre d’affrontements entre manifestants et policiers. De nombreuses routes ont aussi été coupées par intermittence par des manifestants.

Les disparités de développement, le chômage et la misère étaient au coeur des causes de la révolution de janvier 2011 dont le berceau était justement l’intérieur du pays.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, quelques centaines de manifestants ont attaqué à Feriana, dans la région de Kasserine, la recette des impôts, un poste de police, une banque et un bâtiment municipal avant de les incendier, selon deux habitants et un policier interrogés par l’AFP.

« La police a riposté par des lacrymogènes avant de reculer« , a indiqué un policier, joint par téléphone.

Des heurts entre jeunes et policiers ont aussi eu lieu dans la nuit à Meknassy, dans la région de Sidi-Bouzid. Un poste des forces de l’ordre y a été incendié, selon le responsable local du syndicat UGTT, Zouheir Khaskhoussi.

Des violences avaient déjà eu lieu dans la région de Kasserine mercredi, notamment dans la capitale régionale éponyme et à Thala.

L’UGTT a jugé les revendications des manifestants « légitimes » dans un communiqué mercredi, tandis que le parti Ennahda exprimait sa « compréhension face à ces mouvements de protestations » et a appelé à « réviser » ces nouvelles taxes adoptées à son initiative.

Pour les journaux tunisiens, la responsabilité de cette situation explosive revient à M. Larayedh qui a voulu remplir les caisses de l’Etat sur le dos du petit peuple avec des mesures entrant en vigueur à quelques jours de l’anniversaire de la révolution de 2011.

« Larayedh doit également démissionner parce qu’en guise de baroud d’honneur, il vient de mettre le pays au bord de l’explosion« , assène La Presse.

Avant de quitter le pouvoir, le Premier ministre a « pris soin de dégoupiller une petite bombinette qui menace de faire péter la baraque et d’alimenter de nouvelles tensions sociales dont le pays se passerait volontiers« , juge pour sa part le Quotidien.

L’économie tunisienne, minée par les conflits politiques, sociaux et l’essor d’une mouvance jihadiste armée, reste anémique. Le taux de croissance, inférieur à 3% en 2013, est largement insuffisant pour endiguer le chômage qui atteint notamment plus de 30% des jeunes diplômés.

Source : Afp, la presse de Tunisie, agences de presse tunisiennes, LeParisien