Une femme imam : Cela est-il possible

D’après Hajar à 13h54 le 1er Août 2013
         

Pour commencer, nous allons définir le mot « imam ». Ce mot ne désigne pas celui qui est versé dans la connaissance des sources musulmanes (lui s’appelant en arabe un « ‘âlim« ). Il désigne celui qui dirige la prière faite en groupe (jamâ’ah). Or il n’est pas besoin d’avoir fait des études approfondies en sciences musulmanes pour diriger la prière (un minimum de connaissances est bien sûr requis).

La question qui doit être posé est donc : une femme peut-elle ou non, diriger la prière d’un groupe d’homme ?

Non, et la raison est simple et  emprunt sagesse. Celui qui dirige la prière en groupe  se place obligatoirement devant ce groupe. Or, certaines postures de la prière telles que la prosternation rendent totalement impensable qu’une femme fasse sa prière en se penchant en avant devant un homme. C’est d’ailleurs aussi pourquoi le Prophète (sur lui la paix) avait voulu que dans sa mosquée, à Médine, les rangées des femmes venant accomplir leur prière soient placées derrière celles des hommes. Il n’y a donc là aucune démonstration de force de l’homme sur la femme en islam.

Que faire dans le cas ou un groupe de femmes serait dépourvu d’homme et décide de prier ensemble chez l’une ou l’autre de ces femmes ?

Les avis sont partagés :
  • Selon les écoles hanafite et malikite, la prière séparée serait préférable
  • Selon les écoles hanbalite (en partie) et shâfi’ite, il serait préférable que les femmes suivent la prière sous la direction de l’une d’entre elles. Cependant, la femme désignée devra se placer sur la même rangée que ses soeurs et non pas devant, et il ne faut pas qu’un homme (à part si c’est son mari ou un proche parent) n’entende sa voix (on reviendra plus tard sur la prière à voix haute de la femme). Le deuxième avis se base sur le fait queAïcha, veuve du Prophète, dirigeait la prière des femmes en se positionnant dans la même rangée qu’elles (rapporté par al-Bayhaqî).