Une sénatrice menacée par un groupe extrémiste juifs

D’après Hamzatou à 22h58 le 1er Août 2013

         

Sylvie Goy-Chavent, rapporteure d’une mission sénatoriale d’informations sur la filière viande, veut porter plainte contre un site d’informations israélien qui l’accusait d’antisémitisme.

Sylvie Goy-Chavent, rapporteure d’une mission sénatoriale d’informations sur la filière viande, a été prise à partie sur un site israélien pour ses positions sur l’abattage rituel. L’élue UDI de l’Ain a écrit au procureur de Bourg-en-Bresse pour déposer plainte.

C’est le webzine d’opinion JSSnews qui est visé par la sénatrice. Dans un article du 13 juillet, le site s’interroge sur les positions de Sylvie Goy-Chavent. Le titre est éloquent: «Abattage rituel: interdit en Pologne, une sénatrice antisémite (?) tente de l’interdire en France». La rapporteure de la mission se voit reprocher des propos tenus en commission face à deux représentants de la communauté juive. Elle affirmait que l’abattage rituel prolonge la souffrance de l’animal. Dans les commentaires de l’article, les lecteurs ont multiplié les critiques. «Moi je propose que l’on égorge Sylvie Goy-Chavent pour “voir” combien de temps elle va rester consciente», déclare l’un des plus virulents. La conclusion de l’article est, elle, pleine de sous-entendus. «Mais non, Sylvie Goy-Chavent n’est pas concentrée sur Israël. Et non, elle n’est pas antisémite. Enfin…».

«Ces propos haineux et racistes sont très graves, d’autant qu’ils visent une sénatrice en mission. C’est la République qui est menacée», réagit la sénatrice de l’Ain contactée par Le Figaro. Sylvie Goy-Chavent est particulièrement choquée par les accusations d’antisémitisme.

 «Je viens d’une commune où l’on commémore tous les ans le tribut payé par les Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale», précise la maire de Cerdon dans l’Ain. Elle se dit également victime de nombreuses pressions. «Quand je vois ces menaces, je ne peux m’empêcher de penser qu’il doit y avoir beaucoup d’argent en jeu», poursuit-elle. La sénatrice aimerait qu’une mission d’enquête se penche sur l’argent qui circule dans les filières d’abattages rituels.

Sylvie Goy-Chavent a dévoilé jeudi une quarantaine de propositions concernant la filière viande adoptées la veille par le Sénat. Cette mission sénatoriale d’information, créée après le scandale des lasagnes au cheval, préconise l’étiquetage obligatoire du mode d’abattage, «selon des modalités non stigmatisantes». Le Sénat souhaite par ailleurs renforcer les contrôles en France et au sein de l’Europe pour lutter contre les fraudes dans le secteur industriel et d’interdire les prix cassés pour soutenir les éleveurs.

La sénatrice a écrit une lettre ouverte au Président de la République Mr François Hollande pour exprimer ses sentiments sur cette affaire qui va trop loin, il serait même possible que le Mossad  soit sur l’affaire selon une rumeur qui se propage sur le net. La sénatrice tiens aussi à signaler qu’elle n’a fait l’objet d’aucune menace venant de la part de la communauté musulmane, c’est déjà ça de pris !

Monsieur le Président de la République,

La Mission Commune d’Information du Sénat sur la filière viande vient de rendre public son rapport.

Parmi la quarantaine de propositions adoptées à l’unanimité par les Sénateurs, figure l’étiquetage de la viande issue des filières d’abattage sans étourdissement préalable. En effet, comme vous le savez de nombreux animaux sont aujourd’hui abattus en France de façon rituelle, sans étourdissement et une grande partie de la viande issue de ces filières est écoulée dans les circuits de distribution classique, sans aucune information des consommateurs.

Avant même la publication officielle de ce rapport, j’ai été victime d’insultes graves à caractère raciste, de diffamations publiques et de menaces de mort sur internet.

Pour votre parfaite information, sachez que plusieurs collègues Parlementaires de gauche comme de droite et moi-même réfléchissons également à la possibilité d’étiqueter les produits issus des colonies israéliennes en Cisjordanie, ces produits étant le plus souvent commercialisés en France avec la mention « Made in Israël », en totale contradiction avec le droit français et international.

Depuis quelques jours, des groupes proches de l’extrême droite israélienne se déchainent contre moi et appellent ouvertement à la haine et à la violence.

Hier, un message à peine voilé appelant à la guerre civile et demandant explicitement au Gouvernement Israélien de mener des attaques contre la France a également été publié sur un site internet.

Différentes personnes, notamment des Parlementaires, m’ont conseillé de faire preuve de la plus grande prudence, évoquant même la possible intervention contre moi des services spéciaux d’une puissance étrangère.

Alors que la France et ses valeurs semblent aujourd’hui menacées et que l’élue que je suis fait l’objet de graves menaces, j’en appelle au Président de la République pour faire respecter le droit et me permettre d’exercer mon mandat librement et en toute sécurité.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.

Sylvie GOY-CHAVENT
Sénatrice de l’Ain
Rapporteure de la Mission Commune d’Information sur la filière viande

Source : LeFigaro, cercle volontaire, ajib