Yémen : 64 morts dans de nouveaux combats et une possible intervention terrestre en vue

Au moins 64 personnes, dont des civils, ont été tuées mardi dans de nouveaux combats entre rebelles chiites et leurs adversaires au Yémen, alors qu'un raid aérien a visé une base militaire à Sanaa, selon des sources militaires et médicales.

64 morts dans de nouveaux combats au Yémen

A Aden, deuxième ville du Yémen, dans le sud, de violents affrontements de rue se sont soldés par la mort de neuf rebelles, selon des sources proches de ces miliciens.

En outre, onze civils et combattants favorables au président en exil Abd Rabbo Mansour Hadi ont péri dans ces combats, a indiqué à l'AFP le responsable du secteur de la santé à Aden, Al-Khader Lassouar.

Dans la région de Lahj, 14 rebelles et onze combattants pro-Hadi, dont un général de l'armée, ont été tués dans une série d'accrochages pour le contrôle de la route côtière entre Aden et le détroit stratégique de Bab Al-Mandeb, selon des sources militaires.

Photo de Hani Mohammed / Associated Press : Les Rebelles chiites Houthis lors d'un rassemblement pour dénoncer les frappes aériennes saoudiennes – à Sanaa, au Yémen, ce lundi 27-04-2015

Des habitants de la capitale du Yémen et partisans des rebelles chiites houthistes étaient nombreux à manifester lundi 27 avril à Sanaa contre de nouveaux raids aériens visant les rebelles soutenus par l'Iran.

Vidéo Le monde / AFP : www.dailymotion.com/embed/video/x2o8hky

Les rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran, ont pris la capitale Sanaa en septembre 2014 avant de lancer une offensive vers le sud, poussant le président Hadi à fuir Aden, où il s'était réfugié, pour s'exiler en mars en Arabie saoudite.

Lire aussi : Yémen : Le Premier ministre a démissionné après que les rebelles chiites aient pris le gouvernement

Les rebelles et leurs alliés, des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, se sont emparés depuis lundi de la maison familiale de M. Hadi, ainsi que des consulats de Russie et d'Allemagne à Aden, a indiqué à l'AFP un responsable provincial.

Les Bombardements continuent…

A Sanaa, l'aviation de la coalition arabe dirigée par Ryad, qui a lancé le 26 mars des raids contre les rebelles, a bombardé une base militaire où étaient garés des véhicules de transport légers, tenue par la rébellion, a rapporté un correspondant de l'AFP.

La base est liée à la Garde républicaine, un corps de l'élite de l'armée fidèle à M. Saleh.

Des avions de combat de la coalition ont aussi visé des positions rebelles dans les provinces de Mareb (est de Sanaa), de Hodeida (ouest) et de Taëz (sud-ouest), selon des témoins.

Au sol, les rebelles chiites ont été engagés dans de violents combats avec des tribus sunnites et des combattants pro-Hadi à Sarwah, dans la province de Mareb, et à Taëz, selon des sources militaires.

Dans la région de Sarwah, il y a eu au total mardi 19 tués, 17 Houthis et deux combattants pro-Hadi, selon des sources provinciales, tribales et médicales.

L'aviation de la coalition poursuit ses bombardements malgré l'annonce le 21 avril par Ryad de la fin de sa campagne aérienne intensive et le début d'une nouvelle phase, baptisée « Redonner l'espoir ».

Vers une opération terrestre ???

« Les signes d'une prochaine intervention au sol se multiplient«  selon le site d’information Al-Tagreer : le déploiement de la garde nationale [composée de forces terrestres] depuis ce lundi 27 avril à la frontière yéméno-saoudienne, la préoccupation du ministre de la Défense Mohammed Ben Salman et les appels de plus en plus insistants des autorités à ne pas se rendre au Yémen, ainsi que l’annonce de milices loyalistes yéménites que 85 % de la ville d’Aden auraient été libérés de l’emprise des milices « chiites » houthistes.

Le scénario serait celui d’une action saoudienne avec la participation symbolique d’autres pays, croit savoir le site. Il consisterait à « soutenir les forces loyalistes à Aden, à la fois dans l’armée et au sein des milices, afin de préparer le retour du président légitime Abd Rabbo Mansour Hadi« . Et d’ajouter que « des spécialistes réunis le 25 avril au Qatar estiment eux aussi que, pour stabiliser le pays, il faudra passer à une intervention au sol« .

Source : avec Afp, Reuters, Agence Saba, Al-Tagreer, L'Orient le Jour……