Yémen : Fin de consultations de Genève sans accord et l’ONU cherche des accords de cessez-le-feu locaux

Les négociations de paix pour le Yémen se sont achevées vendredi sans accord et aucune date n’a été fixée pour de nouvelles discussions, a annoncé aux journalistes à Genève le ministre des Affaires étrangères du gouvernement en exil.

« Malheureusement, la délégation houthie ne nous a pas permis de parvenir à un réel progrès tel que nous l’attendions« , a affirmé M. Ryad Yassine. Il s’est toutefois refusé de parler d' »échec » et a indiqué que les efforts avec l’ONU allaient continuer.

« Ne pas obtenir un succès tel que nous l’espérions ne signifie pas que nous avons échoué« , a poursuivi M. Yassine. « Nous allons poursuivre nos efforts en coordination avec les Nations unies et la communauté internationale« , a-t-il ajouté.

« Il n’y a pas de date » pour de nouvelles consultations, a-t-il précisé. Il a également dit que la délégation du gouvernement, reconnu par la communauté internationale, était « toujours optimiste pour parvenir à une solution pacifique sous le couvert de l’ONU« .

Depuis dimanche à Genève, l’émissaire spécial de l’ONU sur le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a cherché à convaincre les rebelles et le gouvernement en exil de proclamer une trêve humanitaire pendant le Ramadan, premier pas vers des discussions de paix. Il a fait la navette entre les deux délégations faute de pouvoir les réunir dans une même salle, tant leurs divergences sont profondes.

A lire : Yémen : Les Houthis ont pris le contrôle de l’aéroport de Taëz sur la route d’Aden

Le Yémen est en proie à d’intenses combats depuis l’avancée de rebelles chiites Houthis, soutenus par l’Iran, qui ont conquis la capitale Sanaa et d’autres régions, poussant à l’exil le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Le Yémen fait face à une catastrophe humanitaire imminente, a déclaré vendredi à Genève le Britannique Stephen O’Brien, coordonnateur des opérations humanitaires des Nations unies.

Il a dénoncé « le mépris du droit international humanitaire par les parties au conflit » et le bilan humain élevé, les combats ayant fait plus de 2.600 morts, pour moitié des civils, depuis la mi-mars, selon l’ONU.

Voir la carte en PDF : Yemen Crisis 2015-06-18

A lire : L’Arabie a les yeux rivés sur « la ligne rouge » et l’aide humanitaire arrive enfin à Sannaa

l’ONU cherche des accords de cessez-le-feu locaux et révise à 1,6 milliard USD son appel de fonds

L’ONU, qui tente depuis dimanche de négocier un arrêt des combats au Yémen, a prolongé les pourparlers et révisé à la baisse ses objectifs en proposant de parvenir à des « cessez le feu locaux« , faute d’une trêve générale.

Ismail-Ahmed
Ismail Ould Cheikh Ahmed

L’émissaire spécial de l’ONU, le Mauritanien Ismail Ould Cheikh Ahmed tente d’obtenir un arrêt des combats pour les localités sunnites d’Aden (deuxième ville du pays, capitale du sud) et de Taez (centre) où la population, organisée en « résistance populaire« , combat l’avancée des rebelles, selon une source proche des discussions.

« Nous ne voulons pas d’un cessez le feu temporaire (…) nous voulons un arrêt des combats« , a cependant affirmé à l’AFP Yasser al Awadi, membre de la délégation rebelle, qui se dit opposé à des accords locaux. « C’est injuste d’appeler à un cessez le feu pour une zone particulière« , estime-t-il. Quant à une trêve pendant le ramadan comme demandé par l’ONU, « c’est une décision que doit prendre l’Arabie saoudite« , selon lui.

Le mois de jeûne a débuté dans la violence au Yémen où le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué une série d’attentats à la bombe anti-chiites, alors que la situation des civils empire, en particulier à Aden.

« Assassins qui répandent la mort et la maladie dans le sud Yémen »

Signe aussi de la tension qui règne à Genève, une femme originaire d’Aden a jeté une chaussure sur le chef de la délégation rebelle, Hamza al-Houthi, lors d’une conférence de presse et l’incident a tourné au pugilat avant un retour au calme, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Assassins qui répandent la mort et la maladie dans le sud Yémen« Assassins qui répandent la mort et la maladie dans le sud Yémen« , a crié à l’attention de M. al-Houthi cette femme d’un certain âge, avant de lancer la chaussure (grave insulte dans la culture arabe).

Six hommes se sont joints à elle, criant les mêmes slogans et brandissant un drapeau de l’ex-Yémen du sud, mouvement autonomiste qui réclame un retour à l’indépendance de cette région fusionnée avec le nord en 1990. Une bagarre a alors éclaté avec des membres de la délégation des rebelles.

Sur les réseaux sociaux des messages se sont multipliés pour saluer l’acte de cette femme.

M. al-Houthi a néanmoins assuré ensuite que les discussions de Genève ont pour « but de ranimer une solution politique« .

« Nous espérons qu’elles vont aboutir à un accord sur certaines bases, sur certains principes qui permettraient aux différentes parties yéménites en conflit de parvenir à une solution globale« , a-t-il dit, précisant que ces « consultations préliminaires » devaient se conclure vendredi soir.

Selon l’émissaire de l’ONU, les rebelles se disent favorables à une trêve, « mais les saoudiens et leurs alliés n’en veulent pas« .

Sources : avec Afp, Reuters, Arab News NetWorks, Agence Saba, Spa, L’orient le Jour