Yémen : Les Houthis ont pris le contrôle de l’aéroport de Taëz sur la route d’Aden

Des miliciens chiites Houthis et des militaires fidèles à l’ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh contrôlaient dimanche l’aéroport de Taëz, grande ville située dans la partie méridionale du Yémen, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Taëz commande la route vers Aden où est retranché le président Abd Rabbo Mansour Hadi depuis sa fuite en février de Sanaa, où il était assigné à résidence par les Houthis, les nouveaux maîtres de la capitale.

Les Houthis sont soutenus par l’Iran chiite et le président Hadi par les pays du Golfe, dont l’Arabie saoudite sunnite.

Quelque 300 Houthis, en tenue militaire, et soldats se sont déployés dans l’enceinte de l’aéroport de Taëz. Des renforts étaient en route en provenance de Sanaa, à 250 km au nord, a précisé à l’AFP une source aéroportuaire.

« Ces soldats sont partisans de l’ancien président Saleh » qui, plus de trois ans après son départ du pouvoir sous la pression de la rue, reste influent au sein de différents corps d’armée, a expliqué à l’AFP une source militaire.

Des miliciens Houthis ont patrouillé dans certains quartiers de Taëz et établi des postes de contrôle à Naqil al-Ibel et al-Rahida, deux localités situées respectivement à 30 km et 80 km au sud, ont indiqué à l’AFP des sources tribales.

Face à la progression des Houthis vers Aden, les forces loyales au président Hadi, soutenues par des tribus et des membres des « comités populaires » (supplétifs de l’armée), s’employaient dimanche à renforcer les défenses autour de la capitale du sud, selon des sources de sécurité et militaire.

Ces forces établissaient notamment une ceinture de sécurité à la périphérie d’Aden où des soldats, « soutenus par une quarantaine de chars de combat, ont été déployés dans le nord et l’ouest » de la ville, a déclaré à l’AFP une source militaire.

Les USA évacuent une base militaire pour des raisons de sécurité

Des militaires américains stationnés dans la base aérienne Al-Anad, dans le sud du Yémen, ont été évacués pour des raisons de sécurité, a indiqué samedi une source militaire yéménite, alors que des combats impliquant des membres « d’Al-Qaïda » font rage dans la région.

Les troupes américaines sont parties tard vendredi pour « une destination inconnue« , a précisé à l’AFP la source yéménite, depuis cette base de la province de Lahej.

Lire aussi : Coup de force, manifestation et fuite des diplomates étrangers : Le chaos

Des membres des unités anti-terroristes yéménites, formées par les forces américaines et basées à Al-Anad, ont également été évacués, selon la même source.

Au moins 29 personnes ont été tuées vendredi à Lahej dans des combats entre les forces de sécurité yéménites d’une part et des combattants séparatistes et membres « d’Al-Qaïda » notamment.

Le Yémen a admis que des militaires américains chargés de la collecte de renseignements pour les attaques de drone contre « Al-Qaïda » dans le pays sont déployés à Al-Anad.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), né de la fusion des branches saoudienne et yéménite d’Al-Qaïda, est considéré par Washington comme le groupe le plus dangereux du réseau « d’Al-Qaïda » (si réseau il y a !).

Source : avec Afp, Reuters, Agence Sanaa, Arab Newsnetwork, l’orient le Jour, Rfi, Washington Post